/news/coronavirus

Les bars et restaurants fermés en zone rouge auront droit à des prêts

Marc-André Gagnon | Journal de Québec

Les bars, restaurants et autres commerces en zone rouge qui ont dû fermer jusqu’au 28 octobre se partageront entre 80 et 100 millions $ sous forme de prêts, dont une partie sera pardonnée afin de couvrir jusqu’à 15 000 $ de frais fixes. 

• À lire aussi: Servez-vous de votre «gros bon sens», dit Legault

• À lire aussi: Tous les CHSLD ont maintenant un patron

• À lire aussi: Des amendes salées pour mettre fin aux rassemblements

La bouée de sauvetage lancée jeudi par le ministre de l’Économie, Pierre Fitzgibbon, baptisée programme d’aide aux entreprises en région en alerte maximale (AERAM), permettra aux 12 à 15 000 commerces touchés d’absorber une partie de leurs :

- Taxes municipales et scolaires,

- loyer mensuel,

- assurances,

- factures d’électricité et de gaz,

- frais de télécommunication,

- frais d’association et frais d’intérêts hypothécaires.

« Tous les restaurants en zone rouge sont admissibles, même ceux qui opèrent des services de livraison de commandes pour emportées », a expliqué le ministre Fitzgibbon, en conférence de presse.

Les cinémas et les salles de réception, entre autres, auront aussi droit à ce programme, a précisé le premier ministre François Legault, qui estime que 80 % des dépenses admissibles pourront être couvertes, jusqu’à un maximum de 15 000 $.

À titre d'exemple, un commerçant qui obtient un prêt de 10 000 $ n’aura qu’à rembourser 2000 $.

« Ça va permettre à ces personnes-là de passer à travers les 28 prochains jours », a déclaré M. Legault.

Pour simplifier la tâche des entreprises affectées (voir tableau), un outil de calcul sera bientôt mis en ligne sur le site Internet du gouvernement.

Les entreprises dont les besoins dépassent les 50 000 $ devront se rabattre sur d’autres programmes offerts par Investissement Québec.

25 000 entreprises en difficulté   

De façon plus générale, environ 25 000 entreprises, tous secteurs confondus, sont présentement dans une situation « très difficile », a rapporté le ministre de l’Économie.

Il croit toutefois que « la plupart vont pouvoir survivre » grâce aux différentes mesures mises de l’avant comme la subvention salariale et le programme d'aide au loyer.

« Mais force est d'admettre qu'il est possible qu'il y ait des gens qui ne passent pas à travers la pandémie », a reconnu M. Fitzgibbon.

Au tour de la culture  

Vendredi, ce sera au tour des entreprises culturelles d’apprendre comment le gouvernement leur viendra en aide.

La ministre de la Culture, Nathalie Roy, annoncera en conférence de presse des mesures additionnelles pour soutenir notamment les théâtres et les salles de spectacles, qui ont aussi été forcés d’annuler toutes leurs activités devant public jusqu’au 28 octobre.

« On comprend comment ça peut être dur, les théâtres, les salles de spectacle. Je sais qu'il y a des gens, des acteurs qui avaient été embauchés pour un certain temps. Donc, on va tenir compte de tout ça », a indiqué à ce sujet M. Legault.

Liste des entreprises forcées de fermer en zone rouge :  

a) les restaurants et les aires de restauration des centres commerciaux et des commerces d’alimentation, sauf pour les livraisons, les commandes à emporter ou les commandes à l’auto;

b) les bars et les discothèques;

c) les microbrasseries et les distilleries, uniquement pour leurs services de consommation sur place de nourriture ou de boisson;

d) les casinos et les maisons de jeux;

e) les institutions muséales, les biodômes, les planétariums, les insectariums, les jardins botaniques, les aquariums et les jardins zoologiques;

f) les arcades, les centres et les parcs d’attraction ainsi que les parcs aquatiques;

g) les saunas et les spas, à l’exception des soins personnels qui y sont dispensés;

h) les bibliothèques autres que celles tenues par les établissements d’enseignement, à l’exception des comptoirs de prêts;

i) les cinémas et les salles où sont présentés des arts de la scène, y compris les lieux de diffusion;

j) les auberges de jeunesse

Source: décret gouvernemental no 1020-2020 (30 septembre 2020)