/news/coronavirus

Les banques alimentaires s’attendent à être débordées

Ève Beauregard | Agence QMI

Alors que la grande guignolée des médias a annulé sa traditionnelle collecte dans les rues, les banques alimentaires de l’Estrie s’attendent à être grandement sollicitées dans les prochaines semaines.

• À lire aussi: Des besoins plus importants chez Moisson Estrie

• À lire aussi: 10% des Québécois ont recours à l’aide alimentaire

• À lire aussi: La guignolée des médias lance une collecte d’urgence

Elles doivent donc user de créativité pour renflouer leurs entrepôts.

Chez Moisson Estrie, la collecte sans contacts est renouvelée. Des sacs en papier seront distribués au pas de la porte des citoyens pour que ceux-ci les remplissent de denrées non périssables. Des bénévoles les récupéreront quelques jours plus tard, selon une plage horaire déterminée à l’avance. En mai dernier, 140 000$ en denrées périssables ont été amassés.

Les organismes se préparent pour les semaines à venir, qui seront financièrement difficiles pour certains.

«On s’attaque aux prochains mois, qui vont être assez "olé olé"» affirme le directeur général de la Fondation Rock-Guertin, Denis Fortier.

La rentrée et le retour au travail ont aussi affecté le nombre de bénévoles. Les gens prêts à donner un coup de main sont donc plus que bienvenus.

Quant à la grande guignolée des médias, les dons en argent et en denrées non périssables seront tout de même recueillis du 23 novembre au 24 décembre. Les médias feront plusieurs appels à la générosité sur les ondes le 3 décembre.