/news/politics

Ottawa s’attaque à nouveau aux thérapies de conversions

Guillaume St-Pierre | Journal de Montréal

Le gouvernement Trudeau revient à la charge en déposant un projet de loi visant à interdire les thérapies de conversion dont le but est de «guérir» l’homosexualité.  

Il s’agit de la même pièce législative que les libéraux ont présentée en mars, mais qui est mort au feuilleton à cause de la prorogation du Parlement. 

• À lire aussi: Ottawa s'attaque aux thérapies de conversion

• À lire aussi: Homosexualité: «Faire des exorcismes» comme thérapie de conversion

• À lire aussi: Des thérapies bidon pour «guérir» l’homosexualité

Les thérapies de conversion visent à proposer de soi-disant traitements dont le but est de rendre hétérosexuelles des personnes de la communauté LGBTQ+. 

«Ces thérapies ont été discréditées et dénoncées par les associations de santé publiques à travers le pays et dans le monde entier, a commenté le ministre de la Justice David Lametti. Elles n'ont aucun fondement scientifique.»

Environ 47 000 hommes auraient subi pareilles thérapies au pays.

«''La thérapie de conversion'' est une pratique dévastatrice qui est extrêmement nuisible pour ceux qui la subissent», a déclaré le ministre Lametti en conférence de presse.

«Les mineurs en particulier en subissent les effets néfastes et ceux-ci continuent à l'âge adulte», a-t-il poursuivi.

Le gouvernement Legault a lui aussi l’intention de légiférer en la matière. 

Le fédéral entend criminaliser ces thérapies pour les mineurs. Il serait aussi interdit de tirer des profits de ce type de pratiques et d’en faire la publicité.  

En revanche, les thérapies de conversations demeureront légales pour les adultes consentants. 

Les débats entourant le projet de loi libéral poseront un défi pour le nouveau chef conservateur Erin O’Toole. 

Plusieurs membres de son caucus faisant partie de la droite religieuse s’y opposent. 

- Avec l'Agence France-Presse