/news/society

Reconstruction de l’aréole grâce au tatouage cosmétique

Anne-Lovely Etienne | Agence QMI

GEN-RECONSTRUCTION-AREOLE

ANNE-LOVELY ETIENNE/24 HEURES/AGENCE QMI

La propriétaire d'un salon de beauté de l'île de Montréal profite de ce mois de la sensibilisation au cancer du sein pour exprimer son souhait que la reconstruction de l'aréole en maquillage paramédical soit couverte par l'assurance maladie, puisque plusieurs femmes se retrouvent sans mamelon ou aréole après avoir subi une mastectomie.

«Ce n’est pas couvert par l’assurance maladie, comme le sont certaines chirurgies. C’est seulement couvert si un médecin le fait... Je trouve ça vraiment triste», a déploré Elina Ross, fondatrice du Studio Eli Ross.

Cette destination beauté de Côte-Saint-Luc est l’un des rares salons esthétiques du Grand Montréal à se spécialiser dans la reconstruction de l’aréole, grâce à la technique du tatouage cosmétique, qui coûte environ 400 $ par sein.

«Ce n’est pas 3000 $. Ce n’est pas un prix exorbitant. Cela pourrait être couvert et ça aiderait beaucoup de femmes. Une femme qui a subi une mastectomie devrait avoir le droit de retrouver sa féminité, car la vie continue, dont sa sexualité», a dit Mme Ross.

Après avoir accueilli à son bureau plusieurs femmes qui ont été touchées par le cancer du sein, Mme Ross constate qu’elles désirent toutes une chose: retrouver une poitrine d'apparence naturelle.

«Les médecins ne sont pas qualifiés pour faire les tatouages 3D. Ça n’enlève en rien qu’ils sont de très bons médecins. Ils sauvent la vie des femmes, mais ils ne sont pas là pour le côté esthétique. Je me disais: "Elina, tu as le talent, fais-le! Aide ces femmes à retrouver leur féminité"», a-t-elle raconté.

Trois heures en cabinet

Mme Ross assure que la reconstruction de l’aréole avec le tatouage cosmétique n’est pas douloureuse, mais qu’elle peut prendre du temps, dépendant de la texture de la peau.

«Ça prend au moins trois heures. Parfois, c’est deux heures pour chaque sein. Je dois choisir la bonne couleur. Après, je dois ajouter de la texture avec l'ombrage, le dessin, trouver la bonne aiguille, car la peau devient très fine après la pose de l’implant. Je dois donc aussi travailler très lentement, car la peau peut devenir irritée», a-t-elle expliqué.

Le Studio Eli Ross, situé près de la station de métro Namur, se spécialise également en ombrage des sourcils, en pigmentation des lèvres, en microblading et en camouflage des cicatrices.