/regional/saguenay

Un avocat questionne le décret gouvernemental

Jean Houle | TVA Nouvelles

Interventions dans les résidences privées, télé mandat, billet d'infraction si les gens ne portent pas le masque: un avocat réputé du Saguenay–Lac-Saint-Jean pense que le gouvernement en balaie peut-être trop dans la cour des policiers.

• À lire aussi: Les policiers attendent les directives pour agir en Mauricie

• À lire aussi: Des amendes salées pour mettre fin aux rassemblements

• À lire aussi: Les aspirants policiers confinés à l’École nationale de police du Québec

Me Julien Boulianne trouve que la police commence à en avoir beaucoup sur le dos, alors que la région est encore seulement en stade jaune.

Le Service de police de Saguenay assure être en mesure de répondre aux besoins, même si le niveau d'alerte dans la région devait monter d'un cran.

«Ce que nous vivons ne se compare pas avec les grands centres», dit le porte-parole de la police de Saguenay, Bruno Cormier.

«Au début de la pandémie, en mars dernier, on a reçu plusieurs appels pour des rassemblements interdits dans des maisons, mais les consignes étaient encore récentes. Depuis plusieurs semaines, on ne reçoit presque pas d'appels à ce sujet», a-t-il illustré.

Le policier insiste pour dire que pour les patrouilleurs, la priorité sera toujours accordée aux urgences.

«Les crimes contre la personne seront traités avant les rassemblements privés», a-t-il précisé.