/news/coronavirus

Un 2e vaccin russe réussit les premiers essais cliniques

Agence France-Presse

Les premiers essais cliniques d'un deuxième vaccin russe contre le nouveau coronavirus se sont montrés concluants, a annoncé jeudi le centre de recherche qui le développe, après que la Russie a annoncé en août avoir approuvé le premier vaccin au monde.

• À lire aussi: EN DIRECT | Les derniers développements sur le coronavirus

• À lire aussi: Pas de résultats avant l'élection pour les essais cliniques du vaccin de Moderna

• À lire aussi: Il y a le Covax, mais il manque 15 milliards $ au pays pauvres pour acheter des vaccins

«Les deux premières phases d'essais cliniques ont démontré l'efficacité et la sécurité du vaccin», a déclaré à l'agence Interfax le service de presse du centre étatique de recherches Vektor (en Sibérie), qui développe ce deuxième vaccin, dénommé EpiVacCorona.

La Russie avait annoncé début août avoir développé et enregistré le «premier» vaccin contre la COVID-19 mis au point par le centre de recherches moscovite Gamaleïa avec le ministère russe de la Défense.

Baptisé Spoutnik V, en référence au premier satellite artificiel de l'Histoire conçu par l'Union soviétique, il a été perçu avec scepticisme dans le monde, notamment parce qu'il n'avait pas atteint la phase finale des essais au moment de l'annonce.

Vektor a précisé qu'il serait possible de tirer les conclusions finales sur l'efficacité de son vaccin (basé sur des peptides, un ensemble d'acides aminés, qui provoquent une réaction immunitaire), après la fin de la phase finale des essais cliniques.

Cette dernière survient en Russie après l'approbation du vaccin par les autorités.

Le ministre de la Santé Mikhaïl Mourachko a déclaré au président Vladimir Poutine cette semaine que le vaccin de Vektor pourrait obtenir le feu vert du ministère dans trois semaines.

Après cela, Vektor indique que les essais cliniques commenceraient sur 5000 volontaires en Sibérie âgés de 18 à 60 ans.

Le laboratoire a précisé qu'il y aurait des essais cliniques supplémentaires sur 150 volontaires âgés de plus de 60 ans.

Le vaccin EpiVacCorona s'administre en deux fois, à 21 jours d'intervalle.

La Russie prévoit de commencer par en produire 10.000 doses à partir de novembre, a précisé Vektor.

Contacté par l'AFP, le laboratoire n'a pas souhaité commenter, renvoyant vers le gendarme sanitaire Rospotrebnadzor, qui a décliné à son tour.

Le laboratoire Vektor, dans la région de Novossibirsk, a mené des recherches secrètes sur les armes biologiques durant la période soviétique et renferme des échantillons de virus divers allant de la variole à Ebola.