/news/tele

Xavier Huard: un talent à découvrir dans «La faille»

Marie-Josée R. Roy | Agence QMI

PHOTO COURTOISIE

L’excellent thriller «La faille» avait battu un record à son arrivée sur Club illico, en décembre 2019, devenant la série de la plateforme ayant enregistré le plus grand nombre de visionnements lors du premier week-end de sa sortie.

• À lire aussi: Club illico: les productions d'ici mises à l'avant-plan

• À lire aussi: Le retour de Caméra Café

• À lire aussi: «La faille» à TVA cet automne

L’œuvre hivernale de Patrice Sauvé et de l’auteur Frédéric Ouellet («Grande Ourse») fait maintenant le saut à TVA à compter de mardi prochain, le 6 octobre.

Un meurtrier en série crée des ravages dans le froid de Fermont, dans le Grand Nord québécois. La sergente-détective Céline Trudeau (Isabel Richer) est dépêchée sur les lieux d’un premier crime et cherche à résoudre l’énigme: qui est le (la) coupable?

L’affaire se morpionne. Beaucoup. Toute la ville devient suspecte. Trudeau fait équipe avec un jeune enquêteur, Alexandre (Alexandre Landry). Le courant passe entre eux. Comme si ce n’était pas assez compliqué, Céline Trudeau revoit dans la foulée sa fille Sophie (Maripier Morin), avec qui elle a coupé les ponts depuis quatre ans, et qui s’est refait une vie à la frontière du Labrador. Toutes ces intrigues se retrouveront entremêlées, créant un suspense véritablement haletant pour le téléspectateur, sur fond de neige blanche et de grelottements.

Ange ou démon?

Parmi les grandes pointures du jeu que sont les Isabel Richer, Alexandre Landry, Marc Messier, Élise Guilbault, Patrick Hivon, Éveline Gélinas, Benoît Gouin et autres Mani Soleymanlou qui peuplent l’univers de «La faille», pointe un nouveau talent, un visage dont le nom n’est pas encore connu de tous: Xavier Huard, alias Alain.

Pour la petite histoire, l’acteur de 30 ans, originaire de la Mauricie, a reçu son diplôme de l’École nationale de théâtre en 2013, où il a eu des professeurs chevronnés comme André Melançon et Guy Nadon. Il a joué depuis dans des fictions comme «Une autre histoire» (où il personnifie le jeune Ron, incarné par Vincent Graton), «Au secours de Béatrice», «L’auberge du chien noir», «30 vies» et «Nouvelle adresse», entre autres. Il sera de «Vinland», le prochain film de Benoît Pilon, et a également coaché les acteurs d’origine inuit sur le plateau d’«Épidémie».

On donnerait le Bon Dieu sans confession à ce Alain, policier de bureau, nouvel amoureux de la brave Nathalie (Éveline Gélinas), meurtrie par la mort d’un enfant, et qui aide celle-ci à surmonter l’épreuve.

Or, dans «La faille», tout le monde a son côté caché, bon ou mauvais. Le discret Alain est-il aussi pur qu’il en a l’air? Chose certaine, le personnage prendra de l’importance au fil des épisodes.

«On me fait confiance pour des partitions qui sont loin de moi, confie Xavier Huard en entrevue. Pour Alain, j’ai vraiment dû construire le personnage. Je suis quelqu’un qui parle fort, qui est maladroit, qui déplace de l’air... (rires)»

Jeu d’équilibre

Xavier Huard avait souvent auditionné pour Patrice Sauvé lorsque celui-ci montait les distributions de ses précédents projets. Le cinéaste était charmé par ses propositions, mais n’avait pas de rôle à sa mesure à lui offrir. C’est pour «La faille» que les astres se sont finalement alignés, et le réalisateur et le comédien ont travaillé fort ensemble pour forger la personnalité du mystérieux Alain.

«Dans un polar, tout le monde est suspect, siffle Xavier Huard. Il faut toujours soupçonner tout le monde. C’est un jeu d’équilibre. À ce niveau-là, "La faille" est très intéressante.»

L’acteur n’oubliera par ailleurs jamais le tournage de «La faille», réellement campé à Fermont, tenu il y a un an et demi. Il salue la rassembleuse «virtuose» que fut Isabel Richer auprès du reste de l’équipe, et se souvient de l’accueil chaleureux des Fermontois.

«C’était impressionnant de voir l’implication de tous les citoyens dans ce projet-là. Ils l’ont tous pris à cœur. Par exemple, dans l’un des plans, on voit les lumières de la ville entière qui s’éteignent. C’est le maire du village qui avait réussi à convaincre tout le monde de couper l’électricité à telle heure, pour la série.»

TVA présentera «La faille» le mardi, à 21 h, dès le 6 octobre.