/news/coronavirus

Gestion de la crise sanitaire: plus de transparence réclamée par la Ligue des droits et libertés

Le gouvernement et la Direction de la Santé publique doivent absolument faire preuve de cohérence, de clarté et de transparence.

• À lire aussi: [EN DIRECT] Les derniers développements sur le coronavirus

• À lire aussi: Des militaires en renfort pour retracer les cas de COVID

C’est ce que demande la Ligue des droits et libertés (LDL) après avoir pris connaissance du décret du 30 septembre annonçant les nouvelles mesures sanitaires.

Selon la Ligue, il y a beaucoup de confusion parce que les informations données au public lors des points de presse sont parfois incohérentes avec ce que le décret dit réellement. De plus, les mesures qui sont dans les décrets ne sont pas toujours claires, déplore-t-on.

«Le gouvernement doit impérativement faire preuve de transparence, de clarté et de cohérence», a souligné la présidente de la LDL, Alexandra Pierre, par communiqué samedi.

«Ce ne sont pas les propos des autorités en conférence de presse qui ont force de loi, mais plutôt les arrêtés et les décrets», a-t-elle précisé.

La Ligue demande à ce que les avis de la Direction de la Santé publique qui motivent l’adoption de toute mesure sanitaire soient rendus publics en même temps que les décrets.

«On peut ainsi difficilement comprendre, par exemple, ce qui justifie maintenant l’interdiction totale de tout rassemblement extérieur en zone rouge, quand nous savons que la distanciation sociale et le port du masque limitent la transmission du virus, a-t-elle illustré. Sans justification, cette mesure nous semble excessive.»

Par ailleurs, la Ligue s’interroge sur l’absence de balises claires dans le pouvoir discrétionnaire des policiers et craint le risque d’avoir plus de discrimination envers certaines populations déjà plus ciblées. Elle a donné par exemple le cas des personnes itinérantes.