/news/coronavirus

Un geste désespéré pour soigner Trump?

TVA Nouvelles et Agence France-Presse

Dispenser des anticorps de synthèse Regeneron au président des États-Unis sans confirmation d’efficacité; soit l’équipe médicale expérimental de Donald Trump voue une grande confiance envers les futurs résultats de ce traitement...

• À lire aussi: Ivana Trump inquiète pour son ancien mari

• À lire aussi: Trump «pas encore sorti d'affaire»

Sinon, les médecins présidentiels ont agi par nécessité dans une situation critique, croit une des plus éminentes infectiologues au Québec.

«Pourquoi on a donné ce médicament au président? s’est demandé Dre Cécile Tremblay, microbiologiste au Centre hospitalier de l’Université de Montréal (CHUM), dimanche en entrevue sur les ondes de LCN.

«Ça laisse penser que le président n’était pas dans un état très fort, pour aller à cet extrême avant même de donner le médicament normalement dispensé dans les cas compassionnels, le Remdesivir», avance Dre Tremblay au sujet de la prise en charge de Trump à l’hôpital militaire Walter Reed, à Bethesda au Maryland.

«Le président ne devait pas être dans une très bonne condition pour qu’on lui donne un médicament qui n’était pas encore approuvé», dit-elle.

Trump «n'est pas encore sorti d'affaire» mais l'équipe médicale qui le soigne contre la COVID-19 est «prudemment optimiste», a déclaré samedi soir le médecin du président américain dans un communiqué.

«L'état du président Trump continue à bien évoluer, il a fait des progrès substantiels depuis le diagnostic», a dit le médecin, Sean Conley. «Bien qu'(il) ne soit pas encore sorti d'affaire, l'équipe reste prudemment optimiste», a-t-il déclaré.