/news/homepage

Trousse médico-légale: le CIUSSS de l'Estrie forcé de s'expliquer

Le directeur du CIUSSS de l'Estrie a dû s'expliquer et présenter des excuses, mercredi, après qu'une jeune femme victime d'un viol ait été incapable de compléter une trousse médico-légale en raison du manque de personnel.

• À lire aussi: Pas d'infirmière pour faire une trousse médico-légale: une situation inacceptable

La jeune femme de 18 ans s'était présentée une première fois le 18 septembre au centre hospitalier de Fleurimont, à Sherbrooke, pour obtenir une trousse médico-légale, qui doit être réalisée au maximum cinq jours après une agression. Elle avait finalement été renvoyée chez elle à deux reprises en deux jours, sans pouvoir obtenir cet examen faute de personnel.

Selon des informations obtenues par TVA Nouvelles, qui a rapporté cette histoire une première fois lundi, le directeur général du CIUSSS de l'Estrie – CHUS, Stéphane Tremblay, a dû rendre des comptes à ce sujet au ministre délégué à la santé et aux services sociaux, Lionel Carmant, lors d'une conversation téléphonique tenue mercredi.

Le cabinet du ministre Carmant a indiqué vouloir s'assurer qu'une telle situation ne se reproduise plus jamais.

Le CIUSSS a annoncé, de son côté, le déclenchement d'une enquête interne.

«Nous sommes conscients du courage que cela nécessite pour une victime d'agression sexuelle de se rendre à une salle d'urgence et demander qu'on complète une trousse médico-légale. Nous sommes désolés de constater qu'une jeune victime n'ait pas obtenu le service auquel elle était en droit de s'attendre», a commenté par communiqué Stéphane Tremblay.

Des mesures ont été prises pour éviter qu'une telle situation se reproduise. «En plus de l’enquête interne qui a été déclenchée par l’établissement, un rappel du protocole et du plan de contingence a été effectué auprès du personnel des secteurs concernés par la trousse médico-légale. De plus, mentionnons que le recrutement d’infirmières spécialisées est également en cours», a indiqué le CIUSSS.

- Avec les informations de Mélissa Fauteux, TVA Nouvelles