/news/politics

Consultations psychologiques gratuites pour tous, propose le PLQ

Vincent Larin | Agence QMI

Photo d'archives, Geneviève Lajoie

Le Parti libéral du Québec réclame une enveloppe de 300 millions $ par année pour permettre à tous les Québécois d’avoir accès gratuitement aux services d’un psychologue.

• À lire aussi: «On ne peut pas rester enfermés pendant deux ans!»

• À lire aussi: Santé mentale dans les écoles : le plan du gouvernement est décevant, selon un syndicat

• À lire aussi: Il faut plus que jamais parler de santé mentale

Cette proposition, présentée jeudi matin par la cheffe de l’opposition officielle, Dominique Anglade, garantirait 15 séances par année remboursée par la Régie de l’assurance maladie du Québec (RAMQ) sur la présentation d’une facture.

Alors que la pandémie de COVID-19 frappe durement la province, la députée estime qu’il est temps de passer de la parole aux actes et d’aider concrètement les Québécois plutôt que de continuer à les encourager à l'aide de slogans.

«Après deux vagues de COVID, il ne faudrait pas que le Québec soit frappé par une vague de troubles mentaux. Il faut donc déployer des mesures nécessaires pour l'endiguer», a-t-elle déclaré.

En ce moment, la RAMQ rembourse les services d’un psychologue dans le réseau public, mais seulement dans le cas où elles sont recommandées par un médecin.

Or, cela crée un «goulot d’étranglement» qui contribue à allonger les délais pour obtenir une consultation en dehors du système privé, a déploré jeudi Dominique Anglade. Ainsi, les délais pour obtenir une consultation peuvent atteindre jusqu’à 24 mois.

La proposition pourrait régler ce problème en permettant aux gens désireux de consulter un psychologue de choisir n’importe quel membre reconnu par leur ordre professionnel, a ajouté la cheffe libérale.

«On enlève le goulot d'étranglement de la référence, tu n'as plus besoin d'avoir la référence du médecin pour avoir la gratuité. On vient complètement désengorger le système», a-t-elle fait valoir.

Selon les estimations faites par les libéraux en prenant pour exemples des pays où ce genre de système est déjà en place, comme le Royaume-Uni et l’Australie, jusqu’à un Québécois sur cinq pourrait s’en prévaloir.