/news/coronavirus

La deuxième vague est plus difficile que la première pour l'événementiel

Mélissa Fauteux | Agence QMI

Le Centre de foires de Sherbrooke n'a jamais été aussi vide depuis sa construction qui remonte à 10 ans.

• À lire aussi: Éclosion de COVID-19 chez le Phoenix de Sherbrooke

• À lire aussi: Fermeture de pages conspirationnistes: les complotistes iront ailleurs

• À lire aussi: Trousse médico-légale: le CIUSSS de l'Estrie forcé de s'expliquer

Habituellement, les employés s'affairent à ce temps-ci de l'année à la préparation du Salon du livre et du Salon des métiers d'arts de l'Estrie. Mais, actuellement, aucun événement n'est à l'agenda.

«Tout est annulé [...]. Tout ce qu'il y a comme activités en ce moment, ce sont des réunions. Et au courant du mois de novembre, il y aura la clinique de vaccination», a raconté jeudi Paul Beaudoin, directeur du Centre de foires de Sherbrooke, à la caméra de TVA Nouvelles.

Ce qui fait mal aussi au Centre de foires, c'est l'annulation des nombreux événements corporatifs qui devaient avoir lieu en décembre.

Lors de la première vague, 85 % des événements avaient été annulés. Ce taux monte à 99 % pour la deuxième vague.

La COVID-19 fait mal aussi aux traiteurs  

Alors qu'en ce moment le carnet de commandes serait bien rempli en vue du temps des Fêtes, il n'en est rien pour le traiteur Festin Royal, qui se spécialise dans le service de repas pour 50 personnes et plus.

«Normalement, à ce temps-ci de l'année, il y a certaines journées de novembre et de décembre qu'on est complets, a dit la propriétaire Cynthia Berger. Il y a certaines journées où on a 10 à 15 partys de Noël par jour. Mais là, jusqu'à maintenant, on a peut-être 20 partys de Noël de gens qui gardent encore espoir.»

Malgré que ses revenus aient diminué de 85 % depuis mars dernier, Cynthia Berger compte tout faire pour maintenir la tête hors de l'eau.

Pour y arriver, elle a dû revoir sa stratégie d'affaires. «On s'est tourné vers le prêt à manger pour au moins couvrir les frais fixes et se rendre jusqu'à l'été 2021», a dit Mme Berger.