/finance/homepage

La FCEI craint une fermeture des entreprises

Agence QMI

Photo d'archives Stevens LeBlanc

Les PME risquent d’être emportées si une nouvelle fermeture obligatoire est imposée par les autorités en raison de la COVID-19, a averti la Fédération canadienne de l’entreprise indépendante (FCEI), jeudi.

• À lire aussi: La COVID-19 fait fermer des hôtels

• À lire aussi: Une restauratrice très inquiète, mais déterminée

Selon un sondage de la FCEI, 80 % des dirigeants d’entreprise s’inquiètent des impacts que pourrait avoir la deuxième vague de la COVID-19, synonyme de fermetures et restrictions commerciales.

Plus de la moitié (56 %) des propriétaires de PME soutiennent qu’ils auraient du mal à survivre à une seconde vague de fermetures et de restrictions.

La FCEI exhorte le fédéral et les provinces à éviter de nouvelles fermetures en mettant en place des mesures adéquates pour soutenir financièrement les secteurs les plus touchés par les restrictions gouvernementales.

«Aujourd'hui, après six mois de crise, les gouvernements ne peuvent pas juste dire que l'aide s'en vient. Il faut que les programmes soient prêts», a affirmé jeudi Jasmin Guénette, vice-président à la FCEI, jeudi.

La FCEI énumère un certain nombre de mesures que les gouvernements devraient prendre pour amortir les coûts de ces restrictions subis par les PME.

Accorder une aide financière immédiate aux entreprises, adopter un moratoire contre les expulsions et les saisies de biens des entreprises poussées à fermer complètement, couvrir les salaires des contractuels constituent des recommandations de la FCEI.

Si fermeture il doit y avoir, il faut que les autorités imposent des critères d’équité pour que les grandes entreprises ne soient pas favorisées, a préconisé la FCEI.

«Pour assurer leur survie, il faut que les gouvernements évitent de nouvelles fermetures et que les citoyens privilégient les PME locales dans leur choix de consommation», a soutenu François Vincent, vice-président Québec à la FCEI, évoquant un enjeu «important».