/regional/estduquebec/basstlaurent

Pandémie: inquiétude pour l’anxiété chez les enfants

Martin Blanchet | TVA Nouvelles

Après sept mois, les impacts de la COVID sur l'être humain peuvent un peu mieux observés et, chez les enfants, vivre avec la crainte du virus et l'application des mesures de protection suscite une certaine anxiété.

• À lire aussi: Il faut plus que jamais parler de santé mentale

Exposés aux épreuves de la vie, on entend souvent dire que les enfants possèdent une étonnante capacité d'adaptation. La crainte de contracter le coronavirus demeure bien présente chez leurs enfants ou petits-enfants.

Selon la Dre Annie Loiseau, psychiatre pour enfants et adolescents au Centre intégré de santé et de services sociaux du Bas-Saint-Laurent, chaque enfant réagit différemment face à la pandémie et ses impacts non désirés. Plusieurs possèdent des facteurs de vulnérabilité plus importants que d’autres.

Pour certains, c’est la peur de devenir un vecteur de transmission. Pour d’autres, c’est le stress de ne pas oublier de respecter les consignes sanitaires.

Chez certains enfants, cette anxiété se manifeste notamment par des difficultés de concentration, de l’insomnie, régression dans les comportements (ils peuvent devenir plus irritables, plus agressifs), des maux de ventre, dépendance parentale, etc.

Alors que pouvons-nous faire comme adultes pour intervenir auprès de ces enfants qui parfois en portent lourd sur leurs épaules? Selon la Dre Loiseau, l’important c’est que les parents ne doivent pas transmettre leur anxiété à leurs enfants et à l’inverse devenir des modèles de la gestion de stress.

On recommande aux adultes de se trouver un endroit où ils ne sont pas présents pour ventiler. Ensuite, il faut être à l’écoute de l’enfant, le faire verbaliser et l’aider à gérer sainement ses émotions, avoir des repères des routines stables, continuer de vivre des activités agréables en familles et être bienveillant.

Si l’enfant a des questionnements, il faut lui répondre de façon honnête, à son niveau avec des mots qu’il comprend, mais sans lui cacher la vérité.

Et finalement, si la situation le nécessite, il ne faut pas hésiter aller chercher de l’aide tant pour l’enfant que pour soi lorsqu’on est parent.

Cette approche concrète même en cette période de bouleversements amènera l'enfant vers l'épanouissement.

Ce ne sont pas tous les enfants qui vivent de l’anxiété au quotidien, cependant les parents doivent demeurer attentifs afin d’être en mesure d’observer l’apparition de signes, s’il y a lieu.