/news/coronavirus

Paris doit se préparer à une «marée très forte»

Agence France-Presse

Les hôpitaux et cliniques de la région parisienne doivent se préparer à «une marée très forte» de nouveaux malades de la COVID-19, a déclaré jeudi à l'AFP le directeur de l'agence régionale de santé (ARS), Aurélien Rousseau.

• À lire aussi: EN DIRECT | Les derniers développements sur le coronavirus

Depuis jeudi matin le «plan blanc renforcé», permettant aux établissements de santé de déprogrammer des activités chirurgicales est activé.

«Une décision lourde» qui «veut dire qu'on va prendre une marée très forte et qu'il faut mettre toutes les forces dans la bataille», a prévenu M. Rousseau.

«Ce n'est pas banal, ça doit alerter chacun sur le fait que l'impact hospitalier est déjà là en réanimation et qu'il va être très puissant sur les autres services d'hospitalisation», a-t-il insisté.

Mercredi, 2439 «patients COVID» étaient hospitalisés en région parisienne, dont 455 en «soins critiques», soit plus de 40% des lits de réanimation de la région.

Après Paris et la métropole d'Aix-Marseille, où les débits de boissons sont fermés notamment, la menace de nouvelles restrictions sanitaires se profile dans plusieurs grandes villes françaises, comme Lille ou Lyon.

«Dans les endroits où ça circule trop vite, en particulier où ça circule beaucoup chez les personnes âgées, qui sont les plus vulnérables, et où on voit de plus en plus de lits occupés aux urgences, on doit aller vers plus de restrictions» a prévenu Emmanuel Macron mercredi soir lors d'un entretien sur TF1 et France 2.

Au-delà des bars fermés et d'un protocole sanitaire renforcé dans les restaurants, le passage en zone d'alerte maximale a signifié pour Paris la fermeture des foires, salons professionnels et cirques, des jauges plus limitées dans les centres commerciaux, grands magasins et les amphis universitaires, ainsi que la fermeture des piscines aux adultes et le maintien de portes closes pour les salles d'entraînement.

Plusieurs grandes villes européennes serrent aussi la vis, comme Bruxelles où cafés et bars doivent fermer jeudi, ou Berlin et Francfort qui ont instauré un couvre-feu.

Selon le dernier bilan, 32 445 personnes atteintes du coronavirus sont décédées en France depuis le début de l'épidémie.