/news/coronavirus

Pointe-à-la-Croix: le PQ critique le Nouveau-Brunswick

Katia Laflamme |TVA nouvelles

Le chef intérimaire du Parti Québécois dénonce, de nouveau, le barrage à Pointe-à-la-Croix en Gaspésie pour maintenir la bulle avec le Nouveau-Brunswick afin de prévenir la COVID-19.

Selon Pascal Bérubé, le gouvernement du Québec plie devant les demandes du Nouveau-Brunswick.

« Nous on se fait écœurer par une province de 600 000 habitats, qui nous dit quoi faire! » s’exclamait Pascal Bérubé à l’Assemblée nationale jeudi.

Jusqu’à la semaine dernière, les résidents du secteur et des municipalités avoisinantes avaient accès à une bulle qui leur permettait de passer d’une province à l’autre.

Avec la hausse des cas de COVID en Gaspésie, le Nouveau-Brunswick a demandé à Québec de restreindre l’accès à Pointe-à-la-Croix.

Le gouvernement du Québec a accepté en signant un décret ministériel, limitant l’accès à la municipalité uniquement aux résidents et à ceux qui doivent y entrer pour des raisons essentielles.

Selon Pascal Bérubé, le Nouveau-Brunswick a étendu ses frontières en sol québécois et il y voit une attaque à la souveraineté territoriale du Québec.

« Si on ne s’en mêle pas, c’est Blaine Higgs, un premier ministre unilingue anglophone, qui va dire à sa gang nouvellement élue : ''nous le Québec, ils n’interviennent pas donc c’est nous autres qui décidons des règles'' ».

Donc les résidents des municipalités avoisinantes ne peuvent plus entrer sur le territoire de Pointe-à-la-Croix.

Le député de Bonaventure y voit un préjudice pour les résidents de son comté.

« C’est incompréhensible, c’est inéquitable, c’est injuste et c’est incohérent », avoue Sylvain Roy en entrevue à TVA Nouvelles.

Selon le député du Parti Québécois, c’est la première fois qu’une telle situation se produit « on n’a jamais vu ça, imaginez si Gatineau demandait a Ottawa de faire une bulle et d’interdire aux gens de l’Ontario de rentrer à Ottawa, pensez-vous que Doug Ford accepterait ça! »

Les élus des municipalités avoisinantes ont demandé lundi après-midi des assouplissements qui permettraient à certains résidents d’entrer à Pointe-à-la-Croix pour des liens familiaux et l’accès à certains commerces.

Le gouvernement du Nouveau-Brunswick n’a toujours pas répondu aux demandes.