/news/society

Joyce Echaquan ciblée par des propos racistes sur les réseaux sociaux

Des publications sur les réseaux sociaux portant sur Joyce Echaquan, cette mère atikamekw morte sous des insultes racistes à l’hôpital de Joliette, soulève la colère. 

• À lire aussi: Joyce n’est pas la seule victime

• À lire aussi: Ian Lafrenière nommé ministre des Affaires autochtones

Différentes publications, partagées dans des groupes Facebook, proposent notamment de vendre une «couette de cheveux ayant appartenu à Joyce Echaquan» ou encore la «jaquette que portait [insulte] qui a rendu son dernier souffle en Facebook live». 

Michèle Audette, conseillère en réconciliation et éducation autochtone à l’Université Laval, croit que ces publications démontrent l’importance de continuer à «nourrir cette volonté de refaire l’histoire et la faire ensemble sur l’histoire des peuples autochtones ici et au Québec et au Canada avec le gouvernement du Québec et la société». 

Pour elle, ce type de message sur les réseaux sociaux vient de l’éducation que ces personnes ont reçue. 

«Les comportements comme ça, ou des institutions qui semblent avoir des biais sans s’en rendre compte, datent de comment j’ai été éduquée ou informée sur qui ils ont été : des Sauvages, puis des Indiens, ensuite des Amérindiens et aujourd’hui, certains vont être beaucoup plus rassembleurs et encourageants alors que pour d’autres, on va voir des propos qui font vraiment mal dans les réseaux sociaux», explique Mme Audette. 

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.