/news/coronavirus

Un envoyé spécial de l’OMS dénonce le confinement comme principale mesure

Agence QMI

L’envoyé britannique à l’OMS, le docteur David Nabarro, a dénoncé le confinement récurrent comme principale mesure pour lutter contre les remontées d’infections à la COVID-19, en précisant que cela pourrait entraîner un appauvrissement généralisé à travers le monde.

• À lire aussi: Immunité collective: laisser la COVID-19 circuler librement «n'est pas une option»

«Nous, à l’Organisation mondiale de la Santé (OMS), ne préconisons pas le confinement comme la principale manière de contrôler ce virus», a-t-il déclaré samedi dans une entrevue avec le journaliste Andrew Neil, du magazine anglais «The Spectator».

«Les seules fois où nous croyons qu’un confinement est justifié, est afin d’acheter du temps pour la réorganisation, le regroupement et la recalibration des ressources [et] aider le personnel de santé qui est exténué, mais en général, nous préférons ne pas le faire», a déclaré le Dr Nabarro.

Le directeur général chargé du Programme OMS de gestion des situations d’urgence sanitaire, Mike Ryan, avait déclaré sensiblement la même chose lors d’une conférence de presse donnée la veille, vendredi, au siège de l’OMS à Genève.

«Ce que nous voulons éviter – et, des fois, c’est inévitable et nous l’acceptons – mais ce que nous voulons éviter, ce sont ces grands confinements qui sont si pénibles pour les communautés, les sociétés et pour tout», avait-il alors déclaré.

Lors de son entrevue avec «The Spectator», le Dr Nabarro a pointé du doigt les impacts des mesures sanitaires sur l’industrie touristique et a déclaré que les confinements de masse pourraient faire «doubler» les niveaux de pauvreté et d’insuffisance alimentaire chez les enfants à travers le monde dès l’année prochaine.

«C’est une terrible, épouvantable catastrophe, en fait. Donc, nous en appelons aux leaders du monde : arrêtez d’utiliser le confinement comme principale méthode de contrôle. Développez de meilleurs systèmes pour ce faire», a-t-il ajouté.

Le confinement, selon l’OMS, est présenté depuis le début de la pandémie comme un outil pour lutter contre le virus, mais ce dernier fait parti d’un plus large éventail de stratégies, incluant les six axes d’action suggérés par l’organisation en mars.

Au mois de mai, la Dre Maria Van Kerkhove, responsable technique de la cellule chargée de la gestion de la pandémie à l'OMS, avait invité les gouvernements à travers le monde à ne pas penser le confinement comme une «recette magique», en soulignant qu’il fallait en faire un usage plus précis et stratégique, sans l’imposer à grandeur, mais localement.

Dans la même catégorie