/news/homepage

C’est la fin pour le légendaire Château Inn de Val-d’Or

Émélie Rivard-Boudreau | Agence QMI

Photo Émélie Rivard-Boudreau , AGENCE QMI

Une page d’histoire s’est tournée mardi à Val-d’Or. Une pelle mécanique a démoli le bâtiment qui a abrité le légendaire bar Château Inn pendant 80 ans, dont 20 avec comme propriétaire un criminel notoire.

Téléphone à la main, des curieux se sont arrêtés par dizaines au cours de la journée pour prendre quelques dernières images de cette icône de la 3e Avenue de Val-d’Or, avant qu’elle ne disparaisse complètement du paysage.

«C’est une partie de ma jeunesse qui s’en va. C’est là que j’ai connu ma femme», s’est souvenu Sylvain Dumais, rencontré sur les lieux.

D’anciens employés de la populaire discothèque se sont aussi déplacés et avaient de nombreux souvenirs à partager.

«J’ai déjà vu entre 650 et 750 personnes entrer en une soirée», a décrit l’ancien portier Dave Séguin.

Son ex-collègue et gérant Daniel Aubé a travaillé au Château Inn pendant 29 ans et a habité dans le même bâtiment pendant plus de 20 ans. Celui qui est connu sous le nom de «Big Dan» était rempli d’émotions en voyant son ancien logement passer sous la pelle mécanique.

«C’est sûr que ça donne un coup. Mais je sais au moins que ça va devenir quelque chose de bien pour du monde qui en a besoin», a-t-il dit, rassuré.

De Château Inn à Château de Marie-Ève

En 2015, le bâtiment du Château Inn a été saisi par le gouvernement du Québec parce qu'il faisait partie des biens de Serge Pomerleau, condamné à de lourdes peines pour trafic de stupéfiants et gangstérisme. Pomerleau est l’un des trois détenus s’étant évadés de façon spectaculaire, par hélicoptère, en juin 2014, de la prison d’Orsainville, à Québec.

En 2018, alors qu'une crise du logement frappait Val-d'Or depuis plus de 12 ans, la maison d'hébergement La Piaule a acheté l’édifice à rabais au Directeur des poursuites criminelles et pénales (DPCP).

Après la démolition, l’organisme va construire sur le site un nouvel immeuble de 41 unités de logement social qui sera baptisé Château de Marie-Ève, en l’honneur d’une femme de Val-d’Or qui peinait à se loger et qui a été assassinée en 2016.

«C’est une étape importante. À partir de maintenant, on ne peut plus reculer», a indiqué le président de La Piaule, Stéphane Grenier.

Près de quinze personnes figurent déjà sur la liste des futurs locataires, la plupart étant d’anciens locataires qui habitaient aux étages supérieurs de la discothèque et qui ont été délocalisés le temps des travaux – qui devraient durer plusieurs mois.

Le projet est évalué à plus de 10 millions $.