/news/society

La soirée de l'Halloween peut avoir lieu, estime la santé publique du Canada

Agence QMI

L’Halloween a de quoi donner une frousse supplémentaire en temps de COVID-19, mais la santé publique du Canada estime qu’il n'est pas nécessaire d'annuler la traditionnelle collecte de friandises si l'on respecte la distanciation physique, le port du masque et le lavage fréquent des mains.

• À lire aussi: Halloween annulée? Les municipalités travaillent sur un plan B

• À lire aussi: Les magasins de costumes et de décorations doivent se réinventer

«Il y a des façons de gérer cela, à l’extérieur», a dit mardi l’administratrice en chef de la santé publique à Ottawa, la Dre Theresa Tam.

Si cette déclaration de quoi donner espoir aux enfants qui trépignent d’impatience de parader de porte en porte vêtus de costumes de vampires et de sorcières, ce n’est pas Ottawa qui décide, mais les provinces et municipalités.

La Dre Tam l’a d’ailleurs souligné lorsque qu’elle a indiqué qu’il est possible, à ses yeux, d’autoriser la cueillette de bonbons. Essentiellement, la façon la plus sécuritaire de procéder est de distribuer les bonbons à l’extérieur, de respecter les deux mètres de distance et de porter le masque, a énuméré l’administratrice en chef.

«Il y a des idées intéressantes comme celle de tendre les friandises au bout d’un bâton de hockey ou utiliser une nouille pour piscine afin de montrer aux enfants la distance à garder entre eux», a-t-elle ajouté.

La Dre Tam estime aussi qu’il vaut mieux privilégier la distribution d'emballages individualisés afin d'éviter que les enfants n’aient à piger dans le même récipient de bonbons. Ottawa devrait bientôt publier sur le web des conseils sur les précautions à prendre pour célébrer l'Halloween.

Québec et Montréal n’ont pas encore statué sur le sort de la soirée du 31 octobre, mais certaines municipalités québécoises, comme celle de Rouyn-Noranda, en Abitibi, ont déjà dit «non» à la collecte de sucreries.

«C'est sûr que si on passe l'Halloween, ça ne pourra pas être de la même façon», a déjà prévenu le directeur national de la santé publique du Québec, le Dr Horacio Arruda.

Un comité de scientifiques devait émettre des recommandations au gouvernement québécois de François Legault à ce sujet.

Dans les autres provinces, la question n’a pas non plus été tranchée dans bien des cas. En Colombie-Britannique, toutefois, la médecin en chef Bonnie Henry a tenu un discours similaire à la Dre Tam, soit qu’une collecte de bonbons est possible à l’extérieur.

La ville d’Ottawa, elle, recommande de s’en tenir à des activités virtuelles et à des festivités intimistes n’incluant que les membres de son propre ménage.