/news/coronavirus

Mariés, malgré le cancer et la pandémie

Raphaël Beaumont-Drouin | TVA Nouvelles

Atteinte d’un grave type de cancer, Amélie Croussette s’est mariée à son conjoint Alexandre Bertrand en septembre dernier dans une cérémonie intime, à Cap-Rouge, dans la région de Québec.

La jeune femme est atteinte d’un cancer colorectal métastatique. Elle a été diagnostiquée en 2014, alors qu’elle était âgée de 26 ans. La tumeur serait pour l’instant incurable, selon elle. Un pronostic des médecins lui donnait trois ans à vivre... en 2017.

«Il y a des moments plus sombres. D’autres moments sont joyeux, mais c’est des montagnes russes d’émotions, mais ce n’est pas une vie typique de jeune trentenaire», a confié la mariée, qui subit encore des traitements de chimiothérapie.

Le pronostic «a été un bout rough», selon Alexandre Bertrand. «A partir de ce moment-là, on s’est relevés. On a décidé de vivre au maximum. Qu’on allait faire tout ce qu’on était capables de faire.»

Le couple avait planifié un mariage de rêve sous les tropiques. La pandémie et la maladie les ont forcés à refaire leurs plans, et ce, rapidement.

«On est intense!, a dit à la blague la mariée. «Organiser un mariage en deux semaines c’était, ma foi, très intense, mais c’était parfait en tous points.»

La cérémonie intime s’est tenue, le 5 septembre, sur les flancs de Cap-Rouge. Les mariés ont dû fortement limiter le nombre d’invités en raison de la pandémie. Les personnes immuno-supprimées comme Amélie Croussette sont particulièrement vulnérables à des maladies infectieuses comme la COVID.

«On est chanceux d’avoir des amis très compréhensifs», a souligné le marié.

Message d’espoir 

Advienne que pourra, le couple compte continuer de vivre au jour le jour aussi longtemps que possible.

«Dans les petites choses du quotidien, il y a plein de bonheur, a souligné la mariée. Je pense que la COVID nous a amené ça, de prendre plus le temps d’apprécier chaque petit moment à sa juste valeur.»

Amélie Croussette refuse catégoriquement de se laisser abattre par la maladie. «Je suis encore toute là! Je suis pleine de vie, je mords dans la vie, dans cette urgence de vivre qu’on partage tous les deux. On essaie de tirer le meilleur de notre situation actuelle. Ça, j’y tiens vraiment. »