/finance/realestate

Grand Montréal: le prix médian des maisons à deux étages dépasse maintenant les 600 000 $

Guillaume Picard | Agence QMI

Joël Lemay / Agence QMI

Acquérir une maison à deux étages dans le Grand Montréal est de plus en plus difficile, alors qu’au troisième trimestre, le prix médian a augmenté de 13,9% pour atteindre 610 956 $.

Dans le centre de l’île, le prix médian a crû davantage encore, à 14,6%, pour se fixer à 825 801 $.

C’est ce que révèle l’Étude sur le prix des maisons et les prévisions du marché de Royal LePage, dont les données ont été dévoilées mercredi.

La bannière immobilière souligne dans son étude que le prix de l’agrégat a enregistré une hausse de 12,5% dans la région métropolitaine et de 12,2% dans le centre de Montréal. Le prix de l’agrégat est la moyenne pondérée de la valeur médiane de tous les types de propriétés étudiés, soit les maisons à deux étages, les maisons de plain-pied et les copropriétés.

La rareté des propriétés, combinée au retour graduel des acheteurs qui avaient mis leur projet sur pause au printemps en raison de la crise sanitaire, a fait en sorte que le marché immobilier a continué de carburer aux offres multiples, de plus en plus nombreuses.

«Le marché immobilier de Montréal a repris avec une effervescence impressionnante ce trimestre», a dit Dominic St-Pierre, vice-président et directeur général de Royal LePage pour la région du Québec.

«Les cas d’offres multiples ont dominé les ventes sur l’ensemble du territoire malgré l’exode de plusieurs Montréalais vers les banlieues et l’inventaire de propriétés à vendre a continué de diminuer dans la plupart des segments de propriétés, a ajouté M. St-Pierre. La demande demeure considérable à Montréal et les offres multiples et surenchères sont toujours bien présentes.»

Plus de sept acheteurs sur 10 (72,8%) sur l’île de Montréal ont dû déposer au moins deux offres d’achat avant de pouvoir enfin conclure une transaction. À l’extérieur de l’île, c’est le cas de 99,5% des acheteurs, aussi bien dire l’ensemble des personnes qui cherchaient une propriété au troisième trimestre.

Pour ce qui est des maisons de plain-pied, leur prix médian a augmenté de 14,4% pour atteindre 381 607 $.

Du côté des copropriétés, la hausse du prix médian a été de 8,8%, malgré le fait qu’il y ait eu explosion du nombre de nouvelles inscriptions, soit de 80% dans le centre de Montréal et de 73,1% dans le Grand Montréal. Ainsi, le prix médian des copropriétés a atteint respectivement 448 496 $ et 362 180 $ dans le centre de Montréal et dans le Grand Montréal.

«Si cette tendance se poursuit au quatrième trimestre, nous pourrions assister à un léger essoufflement des prix et à un retour à un marché plus équilibré», a indiqué M. St-Pierre au sujet des condos.

«Cela offrira davantage d’opportunités aux premiers acheteurs, a-t-il enchaîné. Pour ce qui est du segment de l’unifamiliale, aucun signe de ralentissement ne pointe à l’horizon pour le moment; les vendeurs qui mettent actuellement leur propriété sur le marché obtiennent, dans la vaste majorité des cas, des offres égales ou supérieures au prix demandé, surtout dans les quartiers les plus [demandés].»