/news/coronavirus

Le Dr Marc Lacroix veut faire annuler la plainte

Nicolas Saillant | Le Journal de Québec

Quebec

Stevens LeBlanc/JOURNAL DE QUEBE

Faisant l’objet d’une plainte privée d’un citoyen pour ses propos contre le port du masque obligatoire à l’antenne de CHOI Radio X et sur sa page Facebook aujourd’hui fermée, le Dr Marc Lacroix a témoigné pour que la plainte soit rejetée. 

• À lire aussi: EN DIRECT | Les derniers développements sur le coronavirus

Au printemps dernier, le Dr Lacroix avait fait plusieurs entrevues sur les ondes de CHOI où il remettait notamment en question «l’efficacité des mesures de confinement» et prônait «la nécessité pour la population de s’autovacciner en contractant volontairement le virus», selon une plainte déontologique déposée contre lui. Des messages antimasques ont aussi été publiés sur la page Facebook du médecin, qui a témoigné mardi devant le Conseil de discipline du Collège des médecins du Québec.  

L’avocate du docteur souhaite faire tomber la plainte, estimant qu’elle est «abusive, frivole ou manifestement mal fondée». Chose rare, ce n’est pas le syndic du Collège des médecins qui a déposé la plainte, mais le citoyen Olivier Bolduc, à titre de plaignant privé.   

Témoignage du Dr Lacroix

Contre-interrogé par le plaignant, le Dr Lacroix a d’abord admis avoir eu «une mise en garde» dans une lettre du Collège des médecins lui demandant de «faire attention à certains propos». Le propriétaire des Cliniques médicales Lacroix a ensuite eu une rencontre virtuelle avec le syndic après que des plaintes aient été déposées contre lui. 

«Un engagement formel» a alors été pris par le Dr Lacroix de fermer ses pages Facebook ou de ne pas participer à des entrevues. Le médecin a aussi raconté que la médiatisation de ses publications Facebook à saveur antimasque par Le Journal a eu l’effet «d’une bombe» sur ses employés et ses proches. 

Il a répété que Le Journal ne lui avait pas donné droit de réplique lors de la publication des articles portants sur ce dossier. Les Clinques médicales Lacroix ont pourtant la preuve que plusieurs tentatives ont été faites par Le Journal pour offrir une réplique au médecin. 

Un «excellent communicateur»

Olivier Bolduc a indiqué avoir entendu le Dr Lacroix à la radio pour la 1re fois le 29 avril dernier à CHOI. Il dit avoir été «séduit» par les propos du médecin qui «dédramatisait» la situation. «Le ton, la façon dont c’était présenté par l’intimé, ça me parlait», a dit M. Bolduc en parlant du médecin comme d’un «excellent communicateur».  

Un «déclic» s’est cependant fait lorsqu’il a entendu le Dr Lacroix en mai «remettre en question l’origine des décès dans les CHSLD». «Ce n’est pas prudent de remettre ça en question», a-t-il dit, faisant valoir que le médecin était «en porte-à-faux» avec le discours de la Santé publique. 

L’avocate du Dr Lacroix, Christine Kark, a demandé le rejet de la plainte faisant valoir que l’intimé soulevait «des hypothèses» sur la pandémie dans un contexte ou il n’y a «pas de consensus». Pour sa part, M. Bolduc a annoncé son intention de faire témoigner un épidémiologiste et un infectiologue pour faire sa preuve sur le fond.  

La présidente Myriam Giroux-Del Zotto a pris en délibéré sa décision sur la demande de rejet.