/news/law

Trafic de drogue au Saguenay: sept ans à l'ombre pour un Hells Angels

Kathleen Frenette | Journal de Québec

JUSTICE - BERNARD - BEN - PLOURDE CHEF DES HELS SAGLAC

Photo d'archives, ROGER GAGNON

Arrêté en août 2018, le Hells Angels Bernard «Ben» Plourde a écopé, mercredi, d’une peine d’emprisonnement de sept ans pour avoir contrôlé, sur une période de deux ans, la vente des stupéfiants au Saguenay Lac-Saint-Jean. 

• À lire aussi: Un membre des Hells Angels plaide coupable

• À lire aussi: Deux Hells renoncent à leur enquête sur remise en liberté

• À lire aussi: Deux membres des Hells Angels comparaissent à Québec

La semaine passée, l’homme de 56 ans qui a été appréhendé dans le cadre du projet Nocif 2 mené par la Sûreté du Québec a plaidé coupable à des accusations de complot, trafic de cocaïne et gangstérisme, commises entre août 2015 et novembre 2017. 

Lancée en 2014, l’enquête Nocif avait permis l’arrestation de 24 personnes en lien avec le trafic de cocaïne dans la région de Saguenay.  

Ce n’est cependant que lorsqu’un membre du club-école des Deimos Crew North East, Pierre Beauchesne, a retourné sa veste et qu’il est devenu témoin collaborateur que l’opération a gagné en importance.  

Suggestion commune

Mercredi, la peine de sept ans, imposée à Plourde, a été faite de façon conjointe par les procureurs de la Couronne Me Jean-Simon Larouche, Me Simon-Pierre Lavoie et l’avocate de la défense Me Cristina Nedelcu.  

Pour en arriver à cette suggestion, ils ont entre autres tenu compte de la gradation des peines puisque ce n’est pas la première fois que l’homme se retrouve devant le Tribunal.  

Avant d’entériner la sentence, le juge François Huot a demandé à l’accusé si ce dernier souhaitait s’exprimer, ce que le Hells a refusé de faire.  

«J’ai pris connaissance de vos antécédents, et je pense qu’il serait bien inutile de vous faire un long discours... Vous avez un modèle de vie bien ancrée et je ne crois pas que mes propos vont y changer quelque chose», a dit le magistrat à Plourde, attentif.  

«Liberté 55»

«Par contre, il serait peut-être temps pour vous de commencer à penser à la «Liberté 55». À nos âges, les gens songent à prendre leur retraite... Penses-y donc... Ne serait-ce que pour vous éviter de finir vos jours en prison. Si vous ne le faites pas pour les autres, faites-le pour vous...» a ajouté le juge avant de condamner l’homme.  

Comme Plourde est détenu depuis son arrestation, il lui reste, à compter de ce jour, une peine de 45 mois de détention à être purgé.