/regional/montreal/laurentides

À peine une quinzaine de manifestants devant la maison du Dr Arruda

Stéphane Sinclair | Agence QMI

Photo Agence QMI, Stéphane Sinclair

Une quinzaine de manifestants opposés aux mesures de la santé publique en raison de la pandémie ont manifesté jeudi soir devant la maison d'Horacio Arruda, le directeur de la Santé publique, dans les Laurentides.

Les opposants aux mesures sanitaires et à l'obligation du port du masque s'étaient donné rendez-vous dans un magasin d'articles de fête à 18 h afin d'acheter des ballons pour souligner l'anniversaire du numéro un de la santé publique du Québec.

STÉPHANE SINCLAIR/AGENCE QMI

La quinzaine de marcheurs a manifesté dans l'ordre en scandant des slogans, comme «On veut un débat public» et «On vit dans une démocratie».

Ces derniers ont marché sur près d'un kilomètre sous les regards curieux, amusés ou frustrés de nombreux citoyens. Certains n'ont pas hésité à invectiver les manifestants.

«Vous perdez votre temps. Vous n'avez rien d'autre à faire dans la vie, les complotistes?» a lancé une dame après le passage du cortège. Elle n'a pas voulu être identifiée.

«C'est lui [Horacio Arruda] qui mène le Québec», a dit Yoan Blanchette, pour expliquer leur présence devant la maison de M. Arruda. L'homme a dit venir du nord de Montréal.

STÉPHANE SINCLAIR/AGENCE QMI

Un autre homme qui a refusé d'être identifié a mentionné que 800 shérifs allaient être recrutés pour procéder à des arrestations citoyennes dans les prochaines semaines.

«Les shérifs vont avoir le droit d'arrêter jusqu'à la GRC mon homme. Fais tes recherches! Fais tes devoirs», a-t-il dit à l'Agence QMI. Ce dernier a mentionné que les élus étaient des criminels.

De nombreux policiers étaient présents pour encadrer la manifestation. Plusieurs corps de police d'autres municipalités étaient prêts à intervenir en cas de dérapage. La Sûreté du Québec était du nombre et des voitures banalisées se trouvaient sur les lieux. La Régie intermunicipale de police de Thérèse-De Blainville s'était préparée à la possibilité qu'il y ait une centaine de manifestants.

«Tout s'est bien passé. C'est un bilan positif. Tout s'est fait de façon pacifique et dans le calme. Les organisateurs ont respecté leur parole. C'est ça qui est important. Tout est bien qui finit bien», a lancé Éric Huard, préventionniste-enquêteur à la Régie intermunicipale de police de Thérèse-De Blainville.