/buzz/homepage

En prison pour avoir drogué le café d’une collègue

TVA Nouvelles

Une Italienne de 53 ans qui avait élaboré un plan pour faire congédier sa collègue de travail a été condamnée à quatre ans de prison.

• À lire aussi: Encourager les cafés du coin... à distance

• À lire aussi: Un «rallye» du chocolat chaud pour se réchauffer

• À lire aussi: Le retour de Caméra Café

Mariangela Cerrato avait eu vent de rumeurs de licenciements au sein de la compagnie d’assurance pour laquelle elle travaillait à Bra, dans le Piémont. 

Souhaitant conserver son emploi, elle a fait vivre un enfer à la victime, qui occupait un rôle similaire.

Pendant neuf mois, entre 2017 et 2018, Cerrato a généreusement préparé le cappuccino de sa collègue, en y glissant toutefois, en cachette, des anxiolytiques.

C’est alors que la dame a commencé à souffrir de fatigue, de maux de tête et de baisse d’énergie, selon ce qu’a raconté son avocat au journal La Stampa.

La victime a réalisé que quelque chose clochait lorsqu’elle est entrée en collision avec un arbre, à son retour du boulot.

Les médecins ne pouvant trouver la cause de ses ennuis, elle a commencé à suspecter le café lorsque sa bonne santé reprenait le dessus pendant ses vacances.

Ses doutes se sont accentués lorsque Cerrato l’encourageait plus que jamais à consommer son cappuccino, ajoutant au passage : « Allez, je t’apporte un café, quelle nuisance cela peut-il avoir? »

La femme a accepté d’en boire quelques gorgées, mais en a prélevé un échantillon. Lors de l’analyse, il fût immédiatement trouvé que le liquide contenait une force dose de benzodiazépine.

La victime a alerté la police, puis Cerrato a été secrètement filmée, prouvant son crime.

Devant le juge, le propriétaire de la compagnie d’assurance a été appelé à témoigner. Il a mentionné qu’aucun plan de mises à pied n’avait été élaboré au sein de son entreprise.

L’accusée a nié son geste, avant d’être condamnée à quatre ans de prison.