/news/world

Les républicains veulent convoquer le patron de Twitter au Sénat après le blocage d’articles sur Biden

Agence France-Presse

Les sénateurs républicains ont annoncé jeudi qu'ils comptaient convoquer le patron de Twitter Jack Dorsey le 23 octobre pour qu'il s'explique sur le blocage, sur sa plateforme, d'articles défavorables au candidat démocrate à la présidentielle Joe Biden.

• À lire aussi: Les républicains épinglent les affaires «gênantes» du fils de Joe Biden

• À lire aussi: Washington sanctionne un «agent» russe qui voulait «discréditer» Biden

• À lire aussi: Jill Biden, atout rassembleur du candidat à la Maison-Blanche

La commission judiciaire du Sénat, où les républicains sont majoritaires, votera «mardi pour assigner Jack Dorsey à comparaître» devant elle le vendredi suivant, a déclaré le sénateur Ted Cruz dans les couloirs du Congrès.

Il doit «expliquer pourquoi Twitter abuse de son pouvoir pour réduire la presse au silence et couvrir des allégations de corruption», a ajouté l'élu, accompagné du chef de la commission judiciaire Lindsey Graham devant les caméras des chaînes Fox News et C-Span.

Facebook et Twitter ont bloqué mercredi le partage d'articles du journal conservateur New York Post relançant, sur la base de courriels censés avoir été écrits par le fils de Joe Biden, Hunter, des accusations de corruption en Ukraine.

«Je ne sais pas si les histoires du New York Post sont vraies», a ajouté Ted Cruz. Mais «Twitter, Facebook et les millionnaires de la Tech s'ingèrent dans les élections», a-t-il tonné, en dénonçant un acte de «censure» «sans précédent» à moins de trois semaines du scrutin.

La veille, Jack Dorsey a reconnu un défaut d'explication. «Notre communication sur nos actions concernant l'article du New York post n'a pas été super. Et bloquer le partage de l'adresse internet de l'article avec zéro contexte expliquant pourquoi: inacceptable», a-t-il déclaré.

Le sénateur républicain Josh Hawley a de son côté «invité» le patron de Twitter, mais aussi celui de Facebook, Mark Zuckerberg, à témoigner « à une date non déterminée» devant une sous-commission du Sénat, selon des courriers adressés aux deux dirigeants.