/news/coronavirus

Une femme d'Ottawa accusée en vertu de la Loi sur la mise en quarantaine

Agence QMI

Une femme de 53 ans fait face à la justice pour être retournée travailler dans un centre de soins de longue durée d’Ottawa sans avoir respecté les mesures de confinement après son retour de l’étranger.

• À lire aussi: La majorité des Canadiens pour la fermeture des commerces non essentiels

• À lire aussi: Déplacements en temps de pandémie: «On voit la soupe chaude»

• À lire aussi: Il creuse un trou pour fuir la quarantaine

Elle devra se défendre de deux accusations pour avoir violé la Loi sur la mise en quarantaine, soit de ne pas avoir respecté une condition d’entrée de s’isoler pendant 14 jours et d’avoir exposé autrui à un danger imminent de mort ou de blessures graves.

Dans un communiqué publié jeudi, le Service de police d’Ottawa a expliqué que cette femme est revenue au pays le 26 septembre. Même si elle devait rester en tout temps chez elle jusqu’au 9 octobre, elle a décidé de ne pas respecter cet ordre et d’aller travailler dans un centre de soins de longue durée d’Ottawa le 30 septembre.

Cette employée a été immédiatement renvoyée chez elle, lorsque la direction a été mise au courant de son cas. Des protocoles d’auto-isolement ont dû être mis en branle dans cette institution et toutes les personnes avec qui elle a été en contact ont été informées.

Heureusement, personne jusqu’à présent n’a été détecté comme porteur de la COVID-19 concernant l’insouciance de cette employée.

Sa première comparution devant les tribunaux est prévue le 24 novembre prochain.

Ce type d’accusation est peu fréquent, mais un homme et une femme ont été accusés la semaine dernière pour ne pas avoir respecté les mesures d’isolement.