/news/culture

«Ça me sort de ma zone de confort» - Guylaine Tremblay

Marie-Claude Doyle | Agence QMI

Photo courtoisie

En octobre, une nouvelle décennie s’est amorcée pour Guylaine Tremblay, puisqu’elle vient tout juste d’avoir 60 ans. La comédienne commence sa soixantaine dans l’abandon et en sortant de sa zone de confort, car elle prépare son premier one- woman-show qui verra le jour en 2021.

• À lire aussi: Une année riche en nouveautés à TVA

• À lire aussi: Prix Artis: les nominations enfin dévoilées

• À lire aussi: Une chance qu’on s’a: tout un casse-tête!

Pour souligner ses 60 ans, Guylaine Tremblay rêvait de faire un gros party chez elle, durant toute une journée! Des gens y seraient allés faire leur tour pour festoyer avec elle... mais cela s’est avéré impossible à cause de la COVID. C’est donc en toute intimité que la comédienne a célébré son entrée dans la soixantaine, le 9 octobre.

«Ça faisait deux ou trois ans que je me disais que j’approchais de mes 60 ans et que je me demandais de quoi j’avais envie. En fait, je veux que ma soixantaine soit l’âge de l’abandon et du plaisir. Si j’ai le goût d’expérimenter quelque chose, je vais le faire. Les années où il fallait que je prouve que j’avais ma place dans le métier sont passées. Je ne sais pas combien il me reste d’années à vivre sur la terre, mais pour celles qu’il me reste, je veux faire ce que j’ai envie de faire. Quand on avance en âge, on voit à quel point la vie est courte et précieuse. Je n’ai pas le goût qu’on me dicte ce que je dois faire, dans le sens que je veux faire uniquement ce qui m’allume. Je l’ai toujours fait, mais ça prend encore plus d’importance maintenant.»

L’importance de la culture   

Depuis 11 ans, Guylaine Tremblay forme un couple solide avec Christian Lebel. Sa fille aînée, Juliane (23 ans), s’épanouit professionnellement comme courtière immobilière. «Mon autre fille, Marie-Ange, 20 ans, étudie à HEC, mais dans sa chambre. Je trouve ça dur pour elle. Elle a hâte d’aller à l’université, un nouveau lieu pour elle, avec une nouvelle gang, mais pour l’instant, comme tous les universitaires du Québec, elle est à la maison.»

La pandémie vient chambouler bien des choses, et le milieu culturel n’est pas épargné. «C’est très difficile ce qu’on vit présentement. On ne sait pas quand on va remonter sur scène. Ce que je trouve le plus effrayant, c’est qu’il y a des gens de talent qui vont peut-être être obligés d’abandonner le métier. J’aimerais que les gens se rendent compte que la culture, c’est immensément important et que c’est le squelette de ce qu’on est: la musique qu’on écoute, le théâtre qu’on va voir, ça nous construit comme personne.»

Un spectacles avec les chansons d’Yvon Deschamps   

Puisqu’elle n’a pas de tournages à l’horaire pour le reste de l’année et que son solo à La Licorne, «Les étés souterrains», de Steve Gagnon, a été reporté en mars 2021, Guylaine Tremblay s’est retrouvée libre comme l’air, avec un agenda vide. C’était le moment idéal pour s’atteler à un projet qui lui trottait dans la tête depuis très longtemps, celui de faire un show autour des chansons d’Yvon Deschamps.

«Depuis que je suis toute petite, mon idole, c’est Yvon Deschamps. Je me disais qu’à un moment donné, j’aimerais faire quelque chose à partir de son œuvre, mais pas de ses monologues; dans ma tête, il n’y a que lui qui puisse les faire! Mais j’adore ses chansons. Je trouve que c’est toute la partie tendre, vulnérable et émotive d’Yvon. Elles sont remplies d’humanité et elles sont tellement belles! Je me disais que ça serait le fun si je pouvais partir des chansons d’Yvon Deschamps et me raconter un peu à travers ça — et nous raconter aussi —, parce qu’Yvon Deschamps a été un formidable professeur pour la petite fille que j’étais. Et pour nous tous finalement. À travers le rire et ses chansons, il nous a parlé de tellement de choses importantes!»

En l’espace de deux semaines seulement, Guylaine Tremblay avait trouvé son metteur en scène, Michel Poirier — avec qui elle avait déjà travaillé pour des pièces de Michel Tremblay —, son producteur, Martin Leclerc, et surtout, elle avait l’aval de ce pionnier de l’humour qu’est Yvon Deschamps. Celui-ci lui a donné carte blanche pour le show.

«Il m’a invitée chez lui. J’étais avec lui, la belle Judi et mon chum. On a passé quelques heures ensemble. C’était super. Je flottais sur un nuage parce qu’il m’a dit: “Je suis honoré que tu veuilles faire ça.” Je n’aurais pas été capable de faire un spectacle sur les chansons d’Yvon s’il n’avait pas été d’accord, parce que c’est quelqu’un que je respecte. Il a été tellement généreux, ouvert d’esprit, et Judi aussi! Ils étaient tellement chaleureux!»

Jean-Fernand Girard sera à la direction musicale du spectacle intitulé «J’sais pas comment, j’sais pas pourquoi! Moi, c’est Yvon Deschamps».

Quand on lui demande pourquoi un tel titre, Guylaine Tremblay répond: «Je voulais que ça s’appelle “J’sais pas comment, j’sais pas pourquoi!” parce que l’amour qu’on a pour quelqu’un et l’influence que quelqu’un peut avoir sur nous, ça ne s’explique pas. Pourquoi, petite, ça m’a tant parlé et touchée? Pourquoi ai-je appris tant de choses quand j’ai écouté les monologues d’Yvon Deschamps? “J’sais pas comment, j’sais pas pourquoi!”, ça laisse place à la liberté. On voulait aussi une référence à Yvon, autre que le titre d’une chanson. D’où le “Moi, c’est Yvon Deschamps”. C’est la phrase qui vient avec “J’sais pas comment, j’sais pas pourquoi!”, l’expression qu’on emploie pour dire qui on aime.»

Photo : Julien Faugere

Une première   

Avec un tel spectacle, la comédienne vit une première. «C’est excitant parce que ça me sort terriblement de ma zone de confort. Surtout d’aller chanter seule. J’ai déjà chanté sur scène, mais avec “Belles-Sœurs: théâtre musical”, on était 14. Par contre, je me dis que la vie, c’est fait pour sortir de sa zone de confort et essayer des choses qu’on n’a pas faites. Je trouve formidable que ça arrive au moment où j’amorce une nouvelle décennie. C’est ma façon de rester jeune.»

C’est à compter du mois d’août 2021 qu’on pourra voir le spectacle «J’sais pas comment, j’sais pas pourquoi! Moi, c’est Yvon Deschamps». Il sera présenté entre autres les 13 et 14 octobre 2021 à la Cinquième salle de la Place des Arts et le 21 octobre 2021 au Capitole de Québec.