/news/coronavirus

Trudeau défend son idée de normes pour les CHSLD

Émilie Bergeron

Le premier ministre Justin Trudeau défend son idée de mettre en place des normes nationales pour uniformiser les services apportés aux personnes âgées dans les centres de soins de longue durée.

«Je respecte tout à fait les champs de compétences des provinces, mais quand on parle de dignité et de santé – et surtout de la vie des gens – il n’y a pas de champs de compétences. On doit tous travailler ensemble pour s’assurer que nos aînés sont protégés», a-t-il fait valoir en point de presse, vendredi.

M. Trudeau ajouté du même souffle qu’il serait «irresponsable» que le fédéral décide de ne rien faire sur ce dossier, après avoir vu une foule d’aînés mourir de la COVID-19 un peu partout au pays durant la première vague de la pandémie.

Le premier ministre fédéral, qui parlé par téléconférence avec ses homologues provinciaux jeudi, a affirmé que ceux-ci ont démontré de l’intérêt de partager entre eux leurs bons coups et moins bons coups à ce chapitre pour s'inspirer les uns des autres.

«Une des choses qui est devenue extrêmement claire, c’est que le rôle d’agent chargé de la prévention des infections à l’intérieur ces institutions-là est particulièrement important, a dit M. Trudeau. [On pourrait] discuter par exemple du nombre d’agents que ça prendrait par population.»

Le premier ministre québécois François Legault estime que M. Trudeau «joue avec le feu» et voit l’imposition de normes pancanadiennes sur les soins de longue durée comme un empiètement dans les champs de compétences provinciaux.

«Imposer [des normes] n’est peut-être pas le bon mot», a nuancé le ministre des Affaires intergouvernementales, Dominic LeBlanc, insistant sur la collaboration entre paliers de gouvernement.