/finance/homepage

Nouvelles mises à pied pour novembre chez Transat

Agence QMI

STOCKQMI-AVION

JOEL LEMAY/AGENCE QMI

Air Transat poursuit ses importantes coupes et passera vraisemblablement à moins de 160 agents de bord en novembre, alors que ceux-ci étaient au nombre de 355 en août, après le coup dur porté par les restrictions de vol en raison de la pandémie de COVID-19.

De plus, la base de Vancouver de Transat, qui était restée ouverte avec un très bas volume jusqu'à présent, fermera complètement jusqu’à nouvel ordre.

«Alors que les frontières canadiennes restent fermées bien plus hermétiquement que celles de la plupart des pays et qu’une quarantaine est toujours imposée à ceux qui reviennent au Canada, tandis qu’aucune aide sectorielle n’a encore été mise en œuvre pour les compagnies aériennes, les perspectives ne s’améliorent malheureusement pas dans le futur proche», a expliqué vendredi à l’Agence QMI Christophe Hennebelle, vice-président aux ressources humaines et aux Affaires publiques de Transat.

«Nous devons donc mettre à pied certains des employés que nous avions rappelés pour notre reprise de juillet», a-t-il ajouté.

La nouvelle a d’abord été dévoilée par la Composante Air Transat du Syndicat de la fonction publique (SCFP) vendredi après-midi.

M. Hennebelle a spécifié que les deux tiers des effectifs de l’entreprise sont actuellement en mise à pied temporaire, comparativement à 85% au mois de mai.

Après l’arrêt complet des activités du 1er avril, le voyagiste québécois avait repris certains trajets le 23 juillet.

Ces nouvelles mises à pied ont pour objectif de colmater les importantes pertes engendrées par la pandémie.

Rappelons qu’Air Canada a fait passer son offre d'achat initiale de 720 millions de dollars à 190 millions de dollars pour acquérir Transat, la semaine dernière, soit presque quatre fois moins.

L’entente révisée récemment signée par Air Canada et Transat, et rendue publique mercredi dernier, prévoit que le voyagiste québécois doit mettre en place un «plan de réduction des effectifs».

Avant la pandémie, Transat avait une main-d’œuvre active de 5100 personnes.

Dans la même catégorie