/news/law

Plus de trois ans de prison pour un proxénète

Simon Dessureault | Agence QMI

Un proxénète de Terrebonne a été condamné à 39 mois de détention, vendredi, pour avoir amené une mineure à se prostituer à Toronto durant plus d’une semaine à l’automne 2018.

«Je n’ai rien à ajouter monsieur le juge», s’est contenté de dire l’accusé, Kevin Myrthil Estimé, sans aucune émotion, lorsque le juge François Landry lui a demandé s'il avait un commentaire à faire après le prononcé de sa peine au palais de justice de Joliette.

Le proxénète de 27 ans sera inscrit au registre des délinquants sexuels pour une période de 20 ans.

«C’est le genre de peine standard pour un cas comme celui-là, a pour sa part mentionné Me Kahina Rougeau Daoud, procureure au dossier. On est satisfaits de la peine.»

«C’était une suggestion commune», a de son côté dit l’avocate de la défense, Roucha Oshriyeh, alors qu’elle était en visioconférence tout comme son client.

Il reste donc 441 jours à purger pour l’accusé, qui est détenu depuis juin 2019. Il sera en probation pour deux ans à sa sortie de prison. Il lui sera notamment interdit d’être en tous lieux reliés à la prostitution tels des salons de massages ou des clubs de danseuses nues. Il lui sera aussi interdit d’accéder à des sites internet d’annonces à caractère sexuel ou des lieux d’échanges virtuels à caractère sexuel.

Le résumé des faits de la Cour mentionne que le proxénète est entré en contact avec la victime via une connaissance de cette dernière. La jeune fille, dont l’anonymat doit être préservé, voulait fuguer d’un foyer de groupe de la région de Lanaudière.

Un transport vers Toronto était donc organisé le soir même pour la victime.

Myrthil Estimé, qui utilisait le pseudonyme «Shelovesmoneyy», a alors ajouté la victime à ses contacts Snapchat.

Celui qui a un tatouage avec le mot «Moneyy» sur son front lui a également ouvert un compte sur un site d’une agence d’escortes et il a installé l’application TextNow sur le cellulaire de la victime.

Le document de Cour mentionne aussi qu’il décidait de tout, achetant des déshabillés, des souliers à talons hauts, des bas collants, des accessoires, dont des menottes et un fouet, du lubrifiant et une boîte de 30 condoms pour que la victime se prostitue. On mentionne également dans ce document que Myrthil a pointé une arme à feu vers la victime.

Myrthil Estimé récupérerait l’argent après chaque client.

Des policiers ont finalement localisé la victime à Toronto huit jours après son arrivée dans cette ville, grâce à des informations reçues d’une tierce personne.

La jeune femme est revenue au Québec avec l’aide de la Protection de la jeunesse.