/regional/troisrivieres/mauricie

Une enseignante dénonce le racisme subi par ses élèves autochtones

Amélie St-Yves | TVA Nouvelles

Une femme qui enseigne depuis 30 ans dans une communauté autochtone de la Haute-Mauricie dénonce le racisme subi par ses élèves.

Joane Desaulniers enseigne le français aux élèves de secondaire un et deux, dans la communauté atikamekw de Wemotaci, à 250 km de Shawinigan.

Elle en a même fait sa terre d'accueil. Trente ans à recueillir les confidences de ses élèves.

«Quand il y a des tournois de hockey, je leur pose des questions quand ils reviennent. Il y en a qui me disent qu'ils se sont fait intimider, qu'ils se sont fait écoeurer, traiter de "petits sauvages"», a-t-elle déploré vendredi à la caméra de TVA Nouvelles.

Jamais elle ne le leur a conseillé de répliquer.

«Soyez fiers de votre culture. Soyez fiers d’être autochtones. Ne répliquez pas, et gardez la tête haute», a-t-elle poursuivi.

L'enseignante veut inciter la population à respecter les membres des Premières Nations. Le décès de Joyce Echaquan, à l'hôpital de Joliette, a ouvert les yeux de plusieurs, mais a aussi ravivé certaines tensions.

«Ces temps-ci, c’est terrible ce qu’on voit. Plein de commentaires racistes. Ça ne se peut pas que les gens écrivent ça. Ce n’est pas des humains... de traiter des personnes de cette façon-là», a-t-elle souligné.

D'autant plus qu'elle, une enseignante blanche, n'a jamais été victime de racisme à Wemotaci.

Dans la même catégorie