/news/law

Une série de vols lui coûte 30 mois de liberté

Kathleen Frenette - Journal de Québec

Nassim Saad a commis cinq vols simples dans des dépanneurs entre le 28 octobre et le 27 novembre 2019.

Photo courtoisie, SPVQ

Nassim Saad a commis cinq vols simples dans des dépanneurs entre le 28 octobre et le 27 novembre 2019.

Un jeune contrevenant qui a passé une partie de sa vie en institution a été condamné, vendredi, à purger une peine de détention de trente mois pour avoir commis, en 2019, cinq vols simples et cinq vols qualifiés.   

Ce n’est pas la première fois que Nassim Saad, 21 ans, se retrouve devant les tribunaux. Détenu depuis son arrestation à l’Établissement du centre de détention de Québec, le jeune homme a paru, vendredi, de façon virtuelle devant le juge Mario Tremblay. 

Entre le 28 octobre et le 27 novembre 2019, Saad a commis cinq vols simples dans des dépanneurs, pour y réclamer des cartons de cigarettes ou encore dans une pharmacie pour y dérober pour 400 dollars de brosses à dents électriques. 

«À cet endroit, il a également volé la boîte de don qui était destinée à Opération Enfant-Soleil et qui contenait 50 dollars», a précisé la procureure, Me Franceline Lamoureux-Auclair. 

«Enfance malheureuse»

Après ces cinq vols, Saad s’est muni d’un couteau et les vols simples se sont transformés en vols qualifiés. En tout, deux dépanneurs, un bar et un restaurant ont reçu la visite de Saad qui s’est fait arrêter le 9 novembre. 

Deux semaines et demie plus tard, après avoir subi son enquête sur remise en liberté, le jeune homme a été remis entre les mains des intervenants d’une maison de thérapie, le juge ayant estimé qu’en raison de son jeune âge «on ne pouvait jeter la serviette». 

«Monsieur a été amené en thérapie et le soir même, il s’est sauvé de la ressource», a indiqué la procureure en précisant que le dernier vol qualifié reproché au jeune homme était survenu le lendemain. 

«Mon client a eu une enfance malheureuse. Il a développé une problématique à l’égard des drogues dures et il a également une certaine tendance au sabotage», a pour sa part déclaré l’avocat de la défense, Me Charles-Olivier Gosselin. 

Au sortir de détention, Saad devra respecter une période de probation de deux ans, assortie d’un suivi pour 18 mois. 

Dans la même catégorie