/news/coronavirus

Confusion autour de l’autocueillette dans les fermes en zone rouge

Geneviève Quessy | Agence QMI

Agence QMI

Un producteur de citrouilles des Laurentides a eu la surprise de voir débarquer la police, qui lui a demandé de mettre fin à l’autocueillette et au labyrinthe de maïs sur sa ferme. Or, ces activités sont permises par les autorités ailleurs.

• À lire aussi: Comment souligner l’Halloween autrement?

• À lire aussi: Halloween incertaine: pas de frousse pour le marché de la citrouille

• À lire aussi: 2000 livres de citrouille!

La confusion semble régner entre les institutions au sujet des activités permises ou pas en zone rouge. Raphaël Lauzon, un producteur de fraises et de citrouilles de Sainte-Anne-des-Plaines, en a fait les frais.

«Les pompiers, puis la police m'ont appelé pour me dire de cesser d'accueillir des gens chez nous, que l'autocueillette et le labyrinthe étaient illégaux. Pourtant, les gens vivent l'expérience en bulle familiale, et mon labyrinthe est conçu pour que les gens ne se rencontrent jamais et soient toujours à deux mètres de distance», a expliqué le propriétaire de la Fraisière Lauzon et fils.

Après le passage des policiers, M. Lauzon a voulu vérifier auprès de la santé publique des Laurentides si ces activités étaient bel et bien illégales en zone rouge, ce qu’on lui a confirmé.

Avis contraires

Pourtant, d'autres producteurs agricoles offrent l'autocueillette et le parcours d'un labyrinthe de maïs en zone rouge sans être inquiétés, comme la ferme BM Forget, à Laval, ou la ferme La Fille du Roy, à Sainte-Madeleine en Montérégie.

La santé publique de Laval dit s'appuyer sur les consignes émises au niveau national. Du côté du ministère de la Santé, on affirme que les activités d'autocueillette sont légales. Rien n'interdit les activités extérieures individuelles ou en bulles familiales, si les mesures de distanciation sont respectées.

Se basant sur l’avis du ministère de la Santé, l'Union des Producteurs agricoles (UPA) confirme qu’elle a fait savoir à ses membres que l’autocueillette était permise en zone rouge sous certaines conditions.

«Il s’agit d’une bonne nouvelle puisque l’autocueillette est très importante pour nos producteurs et productrices du Québec», a poursuivi Jessica Blackburn, porte-parole de l’UPA.

Sans l'autocueillette, des tonnes de pommes et de citrouilles pourraient se retrouver à la poubelle, faute de main-d’œuvre pour les ramasser.

Rectifier le tir

Constatant qu’elle est en contradiction avec le ministère, la santé publique des Laurentides a laissé entendre qu’elle pourrait réévaluer le cas de Raphaël Lauzon et de son labyrinthe de maïs.

«Pour nous, toute activité publique organisée est interdite en zone rouge. [...] Ça nous surprend que ce soit permis. Pourtant si c'est le cas, nous allons rectifier le tir», a fait savoir Marie-Ève Thériault de la direction régionale de la santé publique.