/finance/homepage

Il y a deux ans, l’euphorie à l’ouverture de la SQDC

Agence QMI

MAXIME DELAND/AGENCE QMI

Le 17 octobre 2018, une file interminable de gens faisaient la file devant une nouvelle boutique de la rue Sainte-Catherine. Ce qu’on y proposait? Non pas le dernier iPhone, mais bien du pot légal, une première dans l’histoire du pays.

Il y a deux ans jour pour jour entrait en vigueur la loi sur le cannabis du gouvernement fédéral, légalisant pour de bon cette substance auparavant criminalisée. Le jour même, les 12 SQDC initiales ouvraient leurs portes.

Les images captées par TVA Nouvelles le matin de l’ouverture de la succursale du centre-ville font état d’un engouement exceptionnel. La file fait alors autour de 200 mètres, et la journaliste qui couvre l’événement doit tourner au coin de Metcalfe et Sainte-Catherine pour aboutir près de l’entrée de l’édifice Sun Life.

«C’est important parce que c’est la fin de l’hypocrisie», avait alors lancé un client à la journaliste de TVA Nouvelles.

Le contexte et les journées précédant l’ouverture historique de ces succursales sont racontés dans un billet publié sur le site de la SQDC samedi.

«La succursale [de Sainte-Catherine] était remplie à craquer de médias québécois, américains et européens. Il y avait clairement un intérêt mondial entourant la légalisation du cannabis. Et la SQDC et son modèle allaient rayonner partout dans le monde», a déclaré Jean-François Bergeron, PDG de la SQDC.

Le gérant de l’adresse, Alban Troja, a expliqué qu’une employée a quitté son emploi en 5 minutes, tout de suite après l’ouverture de 10 h, car c’était «trop pour elle».

Sur le site internet, la journée d’ouverture est restée la plus achalandée de l’histoire de la SQDC.

«La première journée, le SQDC.ca a enregistré 450 000 visites, 27 000 comptes utilisateurs ont été créés, et il y a eu 30 000 commandes. C’est 2 000 commandes par heure. À titre comparatif, on enregistre moins de 2 000 commandes par jour sur le site actuellement», est-il écrit dans le billet.

À la fermeture des commerces, à 21 h, les files étaient encore longues en face de toutes les succursales.

Si la société d’État a démarré avec 12 points de vente, le réseau est maintenant étendu à 30 adresses à travers le Québec.

Depuis, la légalisation ne semble pas avoir entraîné une augmentation importante de la consommation de pot dans la population en général. De fait, le pourcentage de Canadiens qui ont dit fumer tous les jours est passé de 5,9 % avant la légalisation à 6 % après celle-ci, selon Statistique Canada, et de 14,9 % à 16,8 % chez ceux qui ont consommé du cannabis lors des 3 mois précédents le sondage (données de 2018-2019).

La SQDC a réalisé des ventes de 110,4 millions $ durant la période du 29 mars au 20 juin dernier, soit 65,3 millions $ de plus que les 45,1 millions $ réalisés au cours de la période correspondante un an plus tôt.