/news/world

L'assaillant n'avait plus aucun lien avec la Russie, selon Moscou

Agence France-Presse

L'assaillant tchétchène accusé d'avoir décapité un professeur en France n'avait plus de liens avec Moscou depuis 2008, a relevé samedi l'ambassade de Russie, citée par les agences russes.

• À lire aussi: Le profil «discret» du tueur qui a décapité le professeur

• À lire aussi: «Monsieur Paty», le professeur décapité, adorait son métier

• À lire aussi: Le tueur du prof décapité a revendiqué l’attentat sur Twitter

«Ce crime n'a rien à voir avec la Russie, étant donné que cet individu vivait en France depuis 12 ans et avait été accueilli par la partie française», a dit Sergueï Parinov, un porte-parole de la représentation russe à Paris à l'agence Tass.

«En l'occurrence l'important n'est pas où il est né, mais où, quand et comment il a été converti à une idéologie terroriste que la Russie condamne, bien sûr, sous toutes ses formes», a-t-il dit.

Selon lui, l'assaillant présumé qui a été tué, Abdoullakh Anzorov, est arrivé en France à l'âge de 6 ans avec toute sa famille, qui avait obtenu le statut de réfugiés.

Ce statut, toujours selon la même source, conduit automatiquement à une déchéance de la nationalité russe.

«Il n'y a jamais eu de contacts avec l'ambassade», a par ailleurs dit le diplomate, disant à l'agence Ria Novosti que l'ensemble de ses informations sur l'assaillant proviennent des autorités françaises.

De son côté, le président tchétchène Ramzan Kadyrov a condamné samedi l'attentat et a présenté ses condoléances à la famille de l'enseignant, tout en appelant la France à ne pas «provoquer» les musulmans.

«Admettez que les musulmans ont le droit d'avoir une religion et que personne ne peut leur enlever ce droit», a-t-il dit sur sa chaîne Telegram.

Ramzan Kadyrov a fait valoir que Abdoullakh Anzorov avait été élevé en France et n'avait visité la Tchétchénie qu'une fois, alors qu'il avait deux ans.