/news/society

Incendie suspect dans une usine sur fond de crise autochtone

TVA Nouvelles

Ottawa s’alarme d’une escalade des tensions entre les Mi’kmaq et les pêcheurs non autochtones en Nouvelle-Écosse, où une usine de homards qui était utilisée par des pêcheurs des Premières nations a été ravagée par les flammes dans la nuit de vendredi à samedi.

• À lire aussi: Une dame autochtone dénonce le racisme à l’hôpital de Winnipeg

• À lire aussi: Des leaders autochtones encouragés par la rencontre d'urgence sur le racisme en santé

• À lire aussi: Une enseignante dénonce le racisme subi par ses élèves autochtones

Les pêcheurs commerciaux sont en colère contre l'entente gouvernementale qui permet la pêche aux homards hors saison pour les Autochtones en vertu d’une décision de la Cour suprême datant de 1999.

Depuis quelques jours, les tensions ont dégénéré.

Deux usines de homards ont été la cible de vandalisme dans le sud de la province.

L’une d’elles, située à Pubnico-Ouest-le-Centre, a été ravagée par les flammes tôt samedi, faisant un blessé grave dont on craint pour la vie.

La Gendarmerie royale du Canada (GRC) considère l’origine du brasier comme suspecte.

Le chef de la communauté mi’kmaq de Sipekne’katik, Mike Sack, a appelé samedi matin la GRC a renforcé sa présence policière.

«J'ai parlé avec le Chef Sack à nouveau [samedi] matin pour lui exprimer notre soutien à sa communauté et à ses droits issus de traités, a indiqué la ministre des Relations Couronne-Autochtones, Carolyn Bennett, sur Twitter. Nous partageons la priorité urgente de la sécurité de sa communauté. Les Canadiens sont consternés par cette agression contre le peuple Mi'kmaq.»

Ses collègues Bernadette Jordan, aux Pêches, et Bill Blair, à la Sécurité publique, ont aussi fait part de leur indignation samedi.

«Je tiens à être clair: les tensions actuelles ne peuvent pas continuer. Le conflit doit être apaisé, maintenant. Les menaces, la violence et l'intimidation doivent cesser, a réagi par communiqué le ministre Blair. Nous devons tous reconnaître qu'un dénouement durable de ce conflit ne peut être conclu que s'il est ancré dans la reconnaissance des droits légitimes des Mi'kmaq issus des traités.»

M. Blair a ajouté que l’augmentation du nombre de policiers sur le terrain dépendait du gouvernement provincial en Nouvelle-Écosse, mais a assuré que la GRC avait renforcé sa présence chaque jour depuis que la tension a monté d’un cran.

Il a par ailleurs souligné l’arrestation d’un homme qui aurait agressé physiquement le chef Sack mercredi dernier à New Edinburgh, près de la baie de Fundy.

Chris Gerald Melanson, 46 ans, a été accusé de voie de fait et devrait revenir en cour le 21 décembre, a annoncé samedi la GRC.

Constant la dégradation des relations entre les pêcheurs autochtones et non autochtones, les conservateurs sont d’avis que le premier ministre Justin Trudeau n’en a pas fait assez.

Ils en appellent à la négociation avec les Mi'kmaq, mais aussi avec les autres acteurs de l’industrie de la pêche, qui subiront d’importantes conséquences si les Autochtones peuvent pêcher sans contrainte hors saison.

«La gestion lamentable de cette situation par son gouvernement et son manque de leadership minent des décennies de relations bâties depuis la décision Marshall et mettent des vies et des gagne-pain en danger», s’est insurgé samedi Erin O’Toole, le chef de l’opposition officielle.

La décision Marshall, à laquelle M. O’Toole fait référence, est celle qui a donné le droit à la fin des années 90 aux Mi'kmaq des Maritimes et de la Gaspésie de pêcher hors-saison. La Cour suprême est cependant restée floue sur la proportion que la pêche commerciale autochtone peut prendre à cette période de l’année.

Le chef du NPD, Jagmeet Singh, a pour sa part tenu des propos encore plus durs concernant l’incendie de samedi matin en Nouvelle-Écosse, qualifiant l’événement de «terrorisme».

«Fini les belles paroles Justin Trudeau. Il faut agir, cela doit cesser», a-t-il commenté sur Twitter.

Dans la même catégorie