/news/coronavirus

Deux éclosions dans des résidences pour aînés

TVA Nouvelles

La deuxième vague de la pandémie de COVID-19 frappe durement deux résidences pour aînés de St-Hyacinthe alors qu'elles font face à d’importantes éclosions.

• À lire aussi: Éclosion à la prison de Trois-Rivières

• À lire aussi: Le Montagnais est prêt à héberger des personnes isolées

• À lire aussi: Éclosion de COVID-19 au chantier naval de la Davie

À la Villa St-Joseph, plus d’une quarantaine de résidents et une dizaine d’employés ont contracté la COVID-19. À la Résidence Bourg Joli, le nombre de résidents contaminés est de 42 sur 130 en plus d’une douzaine d’employés.

Épargné de la première vague, le propriétaire de la Résidence Bourg Joli, Sylvain Talbot, croyait que toutes les mesures nécessaires avaient été prises afin de s’éloigner du virus. 

«On a quatre unités de vie et nos employés entrent par des portes différentes dépendant dans laquelle des unités ils travaillent. Ils demeurent et mangent dans leur unité.»

Ayant lui-même contracté le virus, il a toutefois déjà identifié la source de l’éclosion.

«On a deux résidentes qui sont sorties en voiture magasiner dans un supermarché il y a deux fins de semaine, même si on leur avait demandé de limiter ce déplacement.», raconte-t-il à TVA Nouvelles. «On comprend qu’elles avaient besoin de prendre de l’air et faire cette activité qu’elles adorent, mais elles sont revenues avec la COVID.»

Sylvain Talbot ajoute que les deux dames n’avaient pas de symptômes et que c’est lors d’un rendez-vous de routine à l’hôpital que l’une d’elles a été testée positive.

Des employés ont contacté TVA Nouvelles de manière anonyme. Selon eux, le manque de personnel a contribué à la propagation du virus. Le propriétaire dit avoir fait appel au CISSS, mais le syndicat craint les déplacements.

«Pour le déplacement, ça ne doit pas être fait. Mais bon, on ne se mettra pas la tête dans le sable. Malheureusement, ça va sans doute se faire. On espère juste que les choses vont se faire correctement», mentionne Daniel Laroche, du Syndicat des travailleurs du CISSS Montégérie-Est.

Le propriétaire tient toutefois à ajouter que son institution n’est pas en manque de personnel.