/news/society

Les routes dangereuses du Québec: de plus en plus de piétons blessés

Annabelle Blais | Journal de Montréal

dangerous crossing

Pink Badger - stock.adobe.com

De moins en moins d’automobilistes et de cyclistes meurent sur nos routes chaque année. Pourtant, les usagers les plus vulnérables, les piétons, sont de plus en plus nombreux à perdre la vie.

• À lire aussi: La route la plus dangereuse du Québec

• À lire aussi: La vitesse, ennemi numéro 1 sur les routes

• À lire aussi: Accidents de la route: attention devant les centres d’achat

« On entend souvent parler de Montréal parce qu’il y a plus de monde et donc une concentration des collisions. Mais le danger pour les piétons est partout où il y a une forte circulation motorisée », insiste Jeanne Robin, co-porte-parole de Piéton Québec.

Les blessures des piétons sont aussi plus graves. « C’est très préoccupant », ajoute Mme Robin. Une piste d’explication est l’augmentation du nombre de VUS sur nos routes.

« Le VUS frappe les piétons à la poitrine et l’abdomen où il y a des organes vitaux alors que les voitures frappent plutôt dans les jambes », explique la porte-parole.   

  • Écoutez l’entrevue de Annabelle Blais avec Alexandre Dubé à QUB radio   

Aînés surreprésentés 

Une autre explication est le vieillissement de la population, et donc qu’il y a davantage de personnes âgées vulnérables qui se déplacent. 

« Ils représentent plus de la moitié des piétons tués sur les routes chaque année. Ça met en évidence le fait que nos aménagements ne sont pas faits pour protéger les piétons âgés. Ils n’ont pas le temps de traverser, ils marchent moins vite », illustre-t-elle.

Dans la ville de Québec, les piétons doivent attendre un feu de circulation exclusif pour traverser. Ce système peut laisser croire qu’ils sont mieux protégés. Mais est-ce le cas ?

« C’est assez controversé, car ça se fait au détriment de la mobilité et particulièrement de celle des piétons, dit Mme Robin. Typiquement, une phase exclusive aux piétons occupe moins de 15 % du temps. Ce qui veut dire que 85 % du temps le piéton est immobilisé. »

Effet pervers 

L’effet pervers est que le piéton finit par s’impatienter et traverse à un moment non prévu. L’automobiliste a aussi tendance à croire qu’il a la priorité aux endroits où il n’y a pas de lumière exclusive aux piétons. 

« Ça ne favorise pas une bonne cohabitation. C’est une mesure adaptée à des milieux spécifiques comme les écoles. Mais on ne peut pas mettre ça en place partout », croit Mme Robin.

L’an dernier, la Ville de Montréal a annoncé pour sa part que le temps des feux pour piéton allait être augmenté de quatre à six secondes dans plusieurs secteurs à risque. 

LES 10 VILLES AVEC LE PLUS DE PIÉTONS TUÉS OU BLESSÉS ENTRE 2014 ET 2019  

1- Montréal (1,8 million d’habitants)   

  • 6 419 accidents (tendance à la hausse)   
  • 96 piétons décédés  
  • 6579 blessés dont 513 graves   

2- Québec ( 547 000 habitants)   

  • 946 accidents (tendance à la baisse)   
  • 22 piétons décédés  
  • 966 blessés dont 136 graves   

3- Laval (440 000 habitants)   

  • 857 accidents (tendance à la hausse)   
  • 13 piétons décédés  
  • 880 blessés dont 61 graves   

4- Longueuil (249 000 habitants)   

  • 590 accidents (tendance à la hausse)   
  • 4 piétons décédés  
  • 608 blessés dont 43 graves   

5- Gatineau (287 000 habitants)   

  • 520 accidents (légèrement à la baisse)   
  • 16 piétons décédés  
  • 527 blessés dont 36 graves   

6- Trois-Rivières (138 000 habitants)   

  • 266 accidents (tendance à la hausse)   
  • 8 piétons décédés  
  • 270 blessés dont 17 graves   

7- Saguenay (147 000 habitants)   

  • 232 accidents (tendance à la hausse)   
  • 5 piétons décédés  
  • 233 blessés dont 26 graves   

8- Sherbrooke (169 000 habitants)   

  • 216 accidents (tendance à la hausse)   
  • 2 piétons décédés  
  • 223 blessés dont 24 graves   

9- Saint-Jérôme (79 000 habitants)   

  • 212 accidents (légèrement à la baisse)   
  • Aucun décès  
  • 215 blessés dont 21 graves   

10- Lévis (147 000 habitants)   

  • 175 accidents (légèrement à la baisse)   
  • 5 piétons décédés  
  • 174 blessés dont 19 graves   

LES 10 VILLES AVEC LE PLUS DE CYCLISTES TUÉS OU BLESSÉS ENTRE 2014 ET 2019  

Ce vélo fantôme avait été installé dans Rosemont à Montréal pour honorer la mémoire de la cycliste Justine Charland-St-Amour décédée en 2016 après avoir été happée par un poids lourd.

Photo d'archives, Marie Christine Trottier

Ce vélo fantôme avait été installé dans Rosemont à Montréal pour honorer la mémoire de la cycliste Justine Charland-St-Amour décédée en 2016 après avoir été happée par un poids lourd.

 

1- Montréal  

  • 3 750 accidents (tendance à la baisse)   
  • 15 cyclistes décédés  
  • 3755 blessés dont 151 graves   

2- Québec  

  • 718 accidents (tendance à la baisse)   
  • 2 cyclistes décédés  
  • 720 blessés dont 42 graves   

3- Longueuil  

  • 407 accidents (tendance à la baisse)   
  • 2 cyclistes décédés  
  • 407 blessés dont 15 graves   

4- Laval  

  • 374 accidents (tendance à la baisse)   
  • 1 cycliste décédé  
  • 374 blessés dont 17 graves   

5- Gatineau  

  • 373 accidents (tendance à la baisse)   
  • 1 cycliste décédé  
  • 373 blessés dont 14 graves   

6- Trois-Rivières  

  • 181 accidents (tendance à la baisse)   
  • Aucun cycliste décédé  
  • 182 blessés dont 15 graves   

7- Saint-Jean-Sur-Richelieu  

  • 142 accidents (tendance à la baisse)   
  • Aucun cycliste décédé  
  • 142 blessés dont 6 graves   

8- Lévis  

  • 125 accidents (tendance à la hausse)   
  • Aucun cycliste décédé  
  • 125 blessés dont 11 graves   

9- Drummondville  

  • 125 accidents (tendance à la baisse)   
  • Aucun cycliste décédé  
  • 126 blessés dont 6 graves   

10- Saint-Jérôme  

  • 119 accidents (tendance à la baisse)   
  • Aucun cycliste décédé  
  • 119 blessés dont 10 graves