/news/world

Milliers de manifestants à Prague

Agence France-Presse

La police tchèque a fait usage de gaz lacrymogènes et de canons à eau dimanche face à une violente manifestation à Prague contre les mesures prises par le gouvernement pour contrer la pandémie de Covid-19.

• À lire aussi: L'Europe enregistre 250 000 morts et tente de se protéger

• À lire aussi: La police bélarusse tire avec des armes à feu sur les protestataires

• À lire aussi: En visite à Auschwitz, Angela Merkel et «la honte profonde» de l’Allemagne

Plusieurs milliers de manifestants dont des partisans de football se sont rassemblés à Prague pour demander la démission du ministre de la Santé Roman Prymula, maître d'oeuvre des mesures de restriction.

La manifestation a pris un tour violent lorsque les policiers ont commencé à disperser la foule, le nombre de participants étant très largement supérieur à celui autorisé pour les rassemblements.

«Les participants ont attaqué la police sans aucune raison», a déclaré à la presse le chef de la police de Prague Tomas Lerch, tandis qu'un autre responsable de la police a mis en cause des «partisans radicaux».

«Nous avons utilisé des canons à eau, des gaz lacrymogènes et des pétards», a indiqué M. Lerch, précisant qu'une vingtaine de policiers avaient été blessés.

Les services d'urgence ont indiqué dans un tweet avoir soigné neuf personnes et admis à l'hôpital quatre blessés.

Avant le rassemblement, la police a arrêté cinquante personnes et saisi des feux d'artifice, des bâtons téléscopiques, des coups de poing et des armes à feu.

Vendredi, le pays a enregistré un nombre record de 11 105 nouveaux cas en une journée. Dimanche, le bilan s'élevait à un total de 170 000 cas et plus de 1400 décès.

Le rassemblement a été organisé par l'association HON, mais les partisans de football ont représenté une partie importante de la foule.

Le ministre de la Santé «n'admet aucune opposition. Comment ose-t-il ? À qui pense-t-il parler? Nous ne sommes pas des moutons, nous sommes des gens normaux», déclare à l'AFP Vlasta Ciencialova, une manifestante venue à Prague de l'est du pays.

M. Prymula a stigmatisé les manifestants pour leur «dédain du travail des soignants».

«En résultat, je suppose que nous aurons des centaines de nouvelles infections», s'est-il indigné.