/news/tele

«La Voix»: le conte de fées de Josiane Comeau

Marie-Josée R. Roy | Agence QMI

Telle une princesse de son propre conte de fées, Josiane Comeau est allée chercher sa couronne de gagnante de «La Voix», dimanche soir. Après un revers à la même émission l’an dernier, la chanteuse de 19 ans est bien placée pour affirmer que tout vient à point à qui sait attendre.

«Tout arrive pour une raison, c’est fou!», lance-t-elle, émotive.

• À lire aussi: Josiane Comeau, nouvelle reine de «La Voix»

Josiane Comeau avait beaucoup de raisons de verser des larmes, dimanche, quand Charles Lafortune a annoncé sa victoire sur les ondes de TVA, peu avant 21h30, grâce à sa livraison poignante de «Lonely», de Noah Cyrus, devant 1 561 000 téléspectateurs.

«On ne s’attend pas à des choses comme ça, confie la candidate de Cœur de pirate en entrevue. Il y avait tellement de sentiments de joie, de nostalgie, de peine, tous mis ensemble... Ç’a explosé!»

Depuis toujours 

Josiane Comeau n’a pas encore 20 ans, mais elle n’a pas volé sa place à «La Voix». Toute jeune, elle suivait son père chanteur, Jacques Comeau, lorsqu’il donnait des spectacles dans leur région, au Nouveau-Brunswick. À quatre ans, elle décidait de son propre chef, un bon soir, de rejoindre son paternel sur scène pour pousser la note avec lui, entraînant musiciens et public à sa suite.

De profession, le couple Comeau, aussi parent d’un garçon de 16 ans, Jean-Miguel, ne baigne pas dans le show-business : le père de Josiane est directeur au développement des ventes dans une compagnie d’outils, et sa mère travaille en pharmacie, dans le département d’oncologie, dans un hôpital.

Mais la musique a toujours uni la famille. Bambine, Josiane pleurait pour ne pas s’endormir à la tombée de la nuit, trop heureuse de se faire bercer par la guitare de papa, et connaissait par cœur les paroles de dizaines de chansons. Le répertoire de Céline Dion, avec ses «I Drove All Night» et autres «I’m Alive», l’a particulièrement marquée.

À 13 ans, notre Cendrillon et sosie d’Ariana Grande à la voix d’or se faisait repérer par l’équipe de «The Voice Kids», en France. Elle a participé à la compétition télévisée, qui fut une «expérience incroyable», selon ses dires, et qui s’est terminée, pour elle, à l’étape des Duels. C’est un extrait d’elle entonnant l’«Ave Maria» à l’émission «Pour l’amour du country», qu’animait Patrick Norman à ICI ARTV, qui avait mis l’équipe de «The Voice Kids» sur la piste de l’adolescente.

Déception 

Le reste appartient à sa petite histoire. De concours de talents en spectacles amateurs donnés sur un peu toutes les scènes, Josiane s’est retrouvée dans le décor de «La Voix» québécoise une première fois en 2019, aux auditions à l’aveugle.

Manque de bol, aucun fauteuil n’avait pivoté pour elle. Puis, double camouflet, jugeront certains: son père, lui, avait été retenu pour continuer la compétition, dans les troupes d’Éric Lapointe.

«Ç’a été difficile pour moi au début, raconte Josiane. Je l’ai pris comme une défaite, comme si je n’étais pas assez bonne. Et, après, j’ai vu mon père vivre l’expérience, et je l’ai pris comme un cadeau, parce que mon père méritait tellement d’y aller. On dirait que ça n’aurait pas pu mieux tomber, parce que j’ai pu quand même vivre l’expérience avec mon père.»

«Et là, je suis en train de la vivre une deuxième fois... et jusqu’au bout! Je suis certaine que ce n’est pas ça qui serait arrivé si j’avais participé à l’émission l’année passée!», philosophe Josiane en éclatant de rire.

L’image d’un Jacques Comeau transi d’émotion et explosant de joie dans sa chambre d’hôtel à l’annonce du triomphe de sa grande fille en a sûrement attendri plus d’un, dimanche.

«Ça m’a fait "de quoi" de voir sa réaction, avoue Josiane. Je sais que mon père est mon plus grand supporteur. Il va toujours être là. Je sais qu’il aurait aimé être là pour me serrer dans ses bras.»

Médecine et musique 

Et l’avenir, comment la lauréate l’envisage-t-elle? Avec ce grand sourire qui a fait craquer les téléspectateurs, qui lui ont accordé des notes enviables de 87% à la demi-finale et de 55 % à la finale de dimanche. Elle qui, pourtant, n’avait vu que Cœur de pirate se retourner pour elle au début de la saison, lorsqu’elle a interprété «Si t’étais là», de Louane, pour se faire valoir.

Ces dernières semaines, Josiane Comeau jonglait entre ses cours en prémédecine à l’université et les répétitions de «La Voix». L’ex-joueuse de soccer et d’ultimate frisbee compte poursuivre sa scolarité, tant qu’il sera possible pour elle de concilier ses deux passions.

«La médecine et la musique, c’est deux grands rêves que j’ai, et je ne veux pas lâcher», spécifie-t-elle.

Elle griffonne déjà des textes et mélodies (en anglais) qui pourraient se retrouver sur son premier album – pour lequel elle ne se fixe aucune échéance – et ses yeux s’arrondissent de bonheur lorsqu’on lui suggère que sa coach, Cœur de pirate, pourrait écrire pour elle.

«Je veux juste me laisser aller et sortir de ma coquille comme je l’ai fait. Ç’a tellement été payant, et les gens m’ont tellement montré de support. Je veux partager mes projets avec le monde! Où est-ce que le vent m’emmène, j’y vais», conclut la nouvelle étoile du Québec.