/regional/saguenay

Les restaurants du Saguenay-Lac-Saint-Jean sur un pied d'alerte

Molly Béland | TVA Nouvelles

Les salles à manger des restaurants et les bars devront à nouveau fermer si la région bascule en zone rouge. Les restaurateurs commencent déjà à s'y préparer.

Pour Alexandre Paradis, vice-président du Groupe D Resto, la situation est critique. Si la région bascule en zone rouge, leurs 16 restaurants du Saguenay-Lac-Saint-Jean devront fermer leurs portes.

«Ce n'est jamais le fun à faire, mais au moins, on peut se baser sur ce qu'on a vécu au printemps dernier pour effectuer nos changements de zone», a-t-il soulevé.

Les restaurateurs prévoient commander une plus petite quantité de nourriture, soit juste assez pour fournir aux commandes pour emporter et à la livraison.

«On essaie d'être présent sur toutes les plateformes de commande en ligne que ce soit DoorDash, Uber Eats, Skip, etc. Pour nous, c'est une façon de garder nos locaux actifs en opérations partielles et on peut aussi garder quelques employés à l'emploi», a expliqué M. Paradis.

Aucune fermeture définitive n'est prévue au sein du Groupe D Resto pour l'instant, mis à part le Mike’s de Chicoutimi-Nord, qui a annoncé sa fermeture il y a de cela quelques semaines. La COVID-19 y était en partie en cause.

«Le bail se termine à la fin de l'année, on est dans un contexte économique des plus incertains et on avait aussi de la difficulté à recruter de la main-d'œuvre», a fait savoir M. Paradis.

Pour toutes ces raisons, la succursale fermera ses portes le 29 novembre prochain. Les 12 employés qui travaillent actuellement dans ce restaurant seront relocalisés ailleurs parmi les bannières du Groupe D Resto de la région.

Selon Alexandre Paradis, ce qui est le plus difficile n'est pas de gérer la fermeture des restaurants, mais bien de devoir, à nouveau, mettre des employés à pied.

«Bien souvent, on met à pied des pères et des mères de famille. Ce n'est pas facile d’annoncer ce genre de mauvaises nouvelles, sur le plan humain», a-t-il dit.

Alexandre Paradis espère que, si la région bascule en zone rouge, la clientèle continuera d'être au rendez-vous et d'encourager les restaurants.