/news/world

Le tueur du sous-marin arrêté après une évasion

Agence France-Presse

Le Danois Peter Madsen, condamné à la perpétuité pour le meurtre de la journaliste suédoise Kim Wall dans un sous-marin artisanal, a été arrêté mardi près de Copenhague après être parvenu à brièvement s'évader de sa prison.

• À lire aussi: Le tueur du sous-marin danois admet le meurtre de la journaliste

• À lire aussi: Sous-marin danois: Peter Madsen définitivement condamné

• À lire aussi: Peter Madsen fait appel de sa condamnation à perpétuité

Vers 10H20, dans des circonstances encore floues, Peter Madsen menace une employée pour parvenir à s'enfuir de la prison d'Albertslund en banlieue de Copenhague, a raconté la directrice de l'établissement Hanne Hoegh Rasmussen au cours d'une conférence de presse.

Armé d'un objet ressemblant à un pistolet et d'une fausse ceinture d'explosifs, l'inventeur âgé de 49 ans parvient à s'extraire du centre pénitentiaire et se jette alors dans un utilitaire blanc qui se trouvait devant, selon le récit des autorités danoises.

AFP

Le conducteur démarre alors, mais l'équipée s'achève quelques minutes plus tard, dans une rue à quelques centaines de mètres de là, où une patrouille de police parvient à interpeller le fugitif.

« Il n'y a rien qui indique que le conducteur connaissait Peter Madsen, mais nous sommes en train d'enquêter là dessus» , a expliqué l'inspecteur de police Mogens Lauridsen.

Après être parvenus à menotter le tueur, les policiers décident de reculer et d'attendre des experts en déminage pour s'assurer que la ceinture n'est pas réellement explosive.

« Il l'avait sur lui, comment se l'est-il procurée, c'est ce que l'enquête doit établir. Il avait une ceinture et quelque chose qui ressemble à un pistolet, mais nous ne savons pas s'il les a fabriqués lui-même» , a déclaré M. Lauridsen.

Pendant plus de deux heures, le fugitif est resté assis le long d'une haie, avec deux policiers allongés sur le sol, leurs armes pointées sur lui, selon les images spectaculaires de l'interpellation, diffusées en direct.

AFP

Cerné et menotté, le prisonnier a été finalement arrêté pour de bon et exfiltré vers 13H00 heure locale.

« Il n'y a rien qui indique qu'il y ait eu des explosifs dans cette ceinture» , a précisé M. Lauridsen.

D'après le tabloïd danois B.T., Peter Madsen a pris un otage -une psychologue de la prison- pour faciliter son évasion, une information que la police n'a pas voulu commenter.

La prison Herstedvester à Albertslund est un centre qui propose aux détenus des soins psychiatriques et où les prisonniers ne sont généralement pas enfermés toute la journée, a dit à l'AFP une porte-parole de l'établissement.

« C'est une prison fermée. Nous examinons nos procédures de sécurité pour voir si elles ont été respectées et si elles doivent être renforcées» , a commenté sa directrice, Hanne Høegh Rasmussen.

AFP

Le 10 août 2017, Peter Madsen avait embarqué au large de Copenhague dans son sous-marin artisanal la journaliste Kim Wall, 30 ans, qui projetait d'écrire un reportage sur ses aventures et ses inventions.

Elle avait été portée disparue dans la nuit par son compagnon et son corps avait ensuite été retrouvé en mer, démembré.

Pour les légistes, la jeune femme est « probablement» morte à la suite d'un égorgement ou d'un étouffement, après avoir subi de nombreux sévices, mais les causes de sa mort n'ont pu être établies avec certitude.

Au cours de son procès, Peter Madsen avait reconnu avoir découpé le corps sans vie de la jeune femme avant de le jeter dans la Baltique, mais avait maintenu que sa mort était accidentelle.

Le mois dernier, il a toutefois reconnu pour la première fois sa culpabilité dans un documentaire diffusé par la télévision danoise.

« Il n'y a qu'un coupable et c'est moi» , avait-il déclaré. Dans le documentaire, Peter Madsen parle désormais d'une conversation pendant laquelle Kim Wall « ébranle des choses» et admet que cela a débouché sur sa mort.

Au cours de son procès, l'expertise psychiatrique a montré que l'accusé était « un menteur pathologique» et « un danger pour autrui» .

L'affaire, unique dans les annales judiciaires du Danemark, a connu un retentissement médiatique sans précédent dans ce royaume, mais aussi à l'étranger et a inspiré une série télévisée déjà vendue à plusieurs grandes chaînes étrangères.