/finance/homepage

Première femme à la tête d’une grande banque

Banque Laurentienne

Photo d'archives, Pierre-Paul Poulin

Nommée présidente et chef de la direction à la Banque Laurentienne mardi, Rania Llewellyn devient ainsi la première femme à prendre la tête d’une grande banque canadienne.

• À lire aussi: Le président de la Banque Laurentienne tire sa révérence

Née au Koweït et ayant immigré d’Égypte au Canada en 1992, après la guerre du Golfe, elle a fait ses études universitaires à l’université Saint Mary’s avant d’œuvrer pendant 26 ans à la Banque Scotia. Elle y a débuté comme caissière à temps partiel pour finalement occuper des postes tel que de vice-présidente à la direction, paiements mondiaux pour entreprises, vice-présidente des services bancaires multiculturels, présidente et directrice générale de Roynat Capital, première vice-présidente des services bancaires commerciaux, stratégie de croissance, et première vice-présidente des produits et services, transactions bancaires mondiales.

« Rania Llewellyn est la dirigeante toute désignée pour mener la Banque Laurentienne dans une nouvelle ère. Sa feuille de route témoigne de son dynamisme, ainsi que de ses capacités de fine stratège, axées sur l’expérience client et les résultats tangibles», a affirmé Michelle Savoy, membre du conseil d’administration de la Banque qui a dirigé le comité spécial chargé de la recherche du président et chef de direction.

«Elle est l’agent de changement dont la Banque a besoin pour relever les défis auxquels elle est confrontée. Elle sera en mesure de jeter les bases pour la croissance et la réussite futures de la Banque», a-t-elle ajouté par communiqué.

Michelle Savoy a souligné que Rania Llewellyn est la première à diriger une grande banque à chartre au pays. Au Québec, Monique Leroux avait guidé une institution financière plus importante, le Mouvement Desjardins, mais il s’agit d’une coopérative et non d'une banque.

Rania Llewellyn entrera en poste le 30 octobre prochain.

Elle remplace Stéphane Therrien qui assurait l’intérim depuis le départ à la retraite en juin dernier de François Desjardins qui avait dirigé la Laurentienne durant cinq ans.