/regional/saguenay

Saguenay–Lac-Saint-Jean: le vaccin contre la grippe risque d'être populaire

Jean-François Tremblay | TVA Nouvelles

Le vaccin contre la grippe risque d'être populaire cette année au Saguenay–Lac-Saint-Jean, dans la foulée de la pandémie de COVID-19.

«On a constaté que dans les pays plus au sud, il y avait eu un engouement, a indiqué la responsable de la vaccination au CIUSSS du Saguenay–Lac-Saint-Jean, Myriam Tremblay. Ici, on s'y attend également.»

La vaccination contre la grippe commencera le 2 novembre dans la région. Dès l'ouverture de la période de prises de rendez-vous, mardi matin, la moitié des plages horaires disponibles ont été comblées en quelques heures.

Au Québec, le nombre de doses gratuites offertes est 30 % plus élevé cette année. Dans la région, environ 50 000 citoyens s'étaient fait immuniser l'an dernier. En 2020, il y aura 58 000 unités gratuites disponibles.

« Nous sommes certains d'avoir le bon nombre de doses nécessaires», a assuré Myriam Tremblay.

Cette année, un rendez-vous est obligatoire. Le vaccin est toujours gratuit pour les personnes plus fragiles, entre autres les 75 ans et plus, celles atteintes de maladies chroniques ou les bébés âgés de moins de six mois.

Si vous aviez un rendez-vous prévu chez votre médecin, vous pourrez vous faire vacciner. Même chose dans les pharmacies privées qui offriront gratuitement le vaccin sur rendez-vous à condition de faire partie des groupes cibles plus à risques.

Cependant, si vous avez des symptômes analogues à ceux causés par la COVID-19, vous ne pourrez pas recevoir le vaccin avant leur disparition.

Plusieurs mesures sanitaires seront instaurées, notamment la distanciation, le lavage des mains, un circuit indiqué au sol pour faciliter la circulation des personnes et un triage des cas. Toutes ces mesures vont toutefois ralentir le processus.

«Nous allons en faire moins par jour. Au lieu d’une campagne sur trois ou quatre semaines, nous allons étirer la campagne jusqu'aux Fêtes», a expliqué la responsable régionale.

La mobilisation des équipes pour soigner les malades de la COVID-19 oblige de jongler avec les horaires, mais le CIUSSS promet qu'il a le personnel suffisant pour répondre à la demande.