/news/politics

Les pires ratios patients/infirmières en CHSLD

TVA Nouvelles

Dans un deuxième coup d’éclat cette semaine, la Fédération interprofessionnelle de la santé du Québec a dévoilé le palmarès des CHSLD où la surcharge de travail met la sécurité des patients en danger.

• À lire aussi: Une manifestation de la FIQ force la fermeture du pont de Québec

• À lire aussi: Les débordements dans les urgences font peur

• À lire aussi: Le privé de plus en plus alléchant pour les infirmières

Sur les terrains du CHSLD René-Lévesque de Longueuil, elles ont installé 125 photos grandeur nature personnifiant des résidents pour démontrer le manque d’infirmières et infirmières auxiliaires pour les nombreux patients dont elles doivent s’occuper à la fois. Elles clament que le ratio est trop élevé pour offrir des soins de qualité et sécuritaire.

Dans ce centre d’hébergement, il n’y a qu’une infirmière et deux infirmières auxiliaires de nuit en moyenne pour 224 patients, l’un des pires ratios au Québec, selon la compilation effectuée par la FIQ effectuée entre le 1er et le 18 septembre.

Toujours selon la FIQ, le Centre d’hébergement St-Maurice du secteur Shawinigan et le Manoir-Trinité de la Montérégie se trouvent aussi au sommet de ce palmarès.

Selon la présidente de la FIQ, Nancy Bédard, ces ratios ont des impacts sur la qualité des soins aux patients. Elle a d’ailleurs reçu positivement la déclaration de mardi du premier ministre François Legault qui disait vouloir réduire la tâche de travail des infirmières.

«Pour la première fois, le premier ministre a pris la parole et a admis la surcharge de travail des professionnels en soins. À la table de négociations, jamais le mot surcharge de la part des négociateurs du gouvernement n’a été mentionné. Ça fait des mois qu’on de butte à faire admettre qu’il y a de la surcharge de travail», raconte-t-elle

Il s’agit de la deuxième action significative réalisée par la FIQ cette semaine. Lundi, ses représentants se sont fait entendre au pont Jacques-Cartier et au pont de Québec, voulant lancer un «signal de détresse» au gouvernement Legault.