/regional/sherbrooke/estrie

Des chirurgies encore repoussées en Estrie

Jasmin Dumas | TVA Nouvelles

Même si seulement 13 patients sont actuellement hospitalisés en raison de la COVID-19 en Estrie, l'impact de la pandémie se fait sentir sur le réseau de la santé.

En raison du manque de personnel et des ressources affectées au dépistage du virus, le Centre intégré universitaire de santé et de services sociaux (CIUSSS) de l'Estrie-CHUS doit encore repousser des chirurgies.

Les activités dans les blocs opératoires de l'Estrie n'ont jamais pu reprendre au même rythme qu'avant la pandémie.

«Les activités chirurgicales fonctionnent environ à 85-90 % de ce qui se faisait avant la pandémie», a confirmé cette semaine en conférence de presse le PDG du CIUSSS de l'Estrie-CHUS, Stéphane Tremblay.

Avant que le virus ne force le délestage des activités, environ 8000 Estriens attendaient une chirurgie. Au début du mois d'octobre, cette liste d'attente contenait plus de 10 000 noms. Ça représente environ 2 % de la population de l'Estrie.

«Moi, j'attends pour une opération au tunnel carpien depuis l'avant-pandémie et c'est toujours repoussé. Ça fait mal, ça me réveille la nuit. Aujourd'hui, je viens me faire donner une piqure de cortisone pour apaiser la douleur en attendant l'opération», a témoigné une femme à la caméra de TVA Nouvelles.

Les opérations urgentes, comme pour le traitement de cancers, sont toutes effectuées à l'intérieur des délais prescrits. Pour les autres, un comité de coordination a été créé pour établir les priorités.

«On essaie de diminuer le plus possible le temps que les patients passent à l'hôpital, alors, par exemple, on priorise les chirurgies d'un jour. L'équilibre entre les services COVID-19 et les autres problèmes de santé ce n'est pas toujours simple. C'est un équilibre qui est réévalué constamment», a ajouté M. Tremblay.