/finance/homepage

Le bœuf québécois a la cote

Agence QMI

boeuf hache

Photo Reuters / Archives

Les ventes mensuelles de bœuf québécois ont bondi de 350 % au cours des neuf premiers mois de l’année chez certaines bannières alimentaires de la Belle Province.

C’est ce qu’a rapporté mercredi le Partenariat Bœuf Québec, qui est l’alliance entre la Société des parcs d’engraissement du Québec – représentant 95 % de la production québécoise de bouvillons – et les partenaires de la filière de production.

«Nous sommes fiers de rehausser la disponibilité des produits Bœuf Québec aux consommateurs par l’implication de trois grandes bannières au programme, soit IGA, Maxi et Provigo», a dit Jean-Sébastien Gascon, directeur général de Bœuf Québec, par communiqué.

Les chiffres ne touchent qu’à IGA et Maxi, Provigo ne s’étant joint que récemment au programme. L’impact de Provigo se reflètera ainsi seulement dans les chiffres à partir d’octobre.

L’organisation n’a pas souhaité dévoiler le volume que cette hausse de 350 % représente, pour des considérations de concurrence.

Bœuf Québec prend par ailleurs la balle au bond après que les citoyens eurent réalisé pendant la pandémie toute l’importance de la culture et de l’élevage de proximité.

«Les Québécois méritent un bœuf de grande qualité, élevé au Québec, dans une perspective de production durable, a ajouté M. Gascon. C’est pourquoi nous souhaitons que les consommateurs se demandent d’où vient le bœuf? Le bœuf est une pièce majeure du défi de l’autonomie alimentaire du Québec et nous pouvons aujourd’hui relever ce défi!»

«Nous souhaitons maintenant mobiliser tous les partenaires afin que le bœuf du Québec soit rapidement disponible dans toutes les épiceries du Québec, comme le porc, le poulet et les œufs du Québec», a-t-il conclu.