/news/coronavirus

Le nombre de cas atteint un plateau à Montréal

Béatrice Roy-Brunet | Agence QMI

Joël Lemay / Agence QMI

Bien qu’un plateau dans la progression des cas de COVID-19 soit observé depuis les dernières semaines à Montréal, certains quartiers demeurent des zones chaudes à travers la métropole.

• À lire aussi: Le Bas-Saint-Laurent, du pire au meilleur en quelques semaines

• À lire aussi: Capitale-Nationale: une remontée des cas confirmés

• À lire aussi: Les employés d’Info-Santé débordés

«On voit clairement que l’importante hausse qu’on avait dans notre courbe épidémique en début septembre s’est transformée en un plateau qui se maintient depuis deux semaines», a expliqué en point de presse mercredi la directrice régionale de santé publique de la métropole, la Dre Mylène Drouin.

Montréal demeure toutefois au palier rouge dans l’ensemble de ses indicateurs. D’ailleurs, certains indicateurs montrent que la lutte n’est pas terminée. «On voit que nos taux de positivité demeurent élevés, donc plus de 5 % pour l’ensemble de la région», a noté la Dre Drouin.

Par exemple, le quartier de Parc-Extension compte un taux de positivité de plus de 15 %. Snowdon, Saint-Laurent, Côte-Des-Neiges et Pointe-Saint-Charles figurent également parmi les secteurs chauds de la région montréalaise.

L’accès au dépistage sera donc élargi dans ces quartiers, avec des horaires allongés, des unités mobiles de dépistage et du démarchage.

Vigilance

Selon la directrice régionale de la Santé publique, la situation montréalaise progresse dans la bonne direction. «Ce qui est encourageant, c’est que le taux de reproduction, donc combien de cas sont générés par un cas infecté, est passé sous la barre du 1. C’est une excellente nouvelle», a-t-elle précisé.

Il faut toutefois demeurer «extrêmement vigilant», a-t-elle prévenu. Une baisse importante du nombre de personnes qui ont été se faire dépister a été observée au cours des dernières semaines. Ceci s’expliquerait notamment par la diminution des contacts sociaux.

Même son de cloche du côté de Sonia Bélanger, présidente-directrice générale du CIUSSS du Centre-Sud-de-l'Île-de-Montréal, qui a invité la population à respecter les mesures afin de protéger le personnel du réseau de la santé. Présentement, 100 employés en santé sont atteints de la COVID-19 et plus de 200 attendent le résultat de leur test.

Dommages collatéraux

La Santé publique de Montréal s’est également dite préoccupée par les impacts collatéraux causés par la pandémie chez les jeunes adultes de 18 à 29 ans. «C’est 45 % d’entre eux qui jugent que la pandémie a eu un impact sur leur santé mentale; c’est beaucoup plus important que ce qu’on retrouve chez les autres groupes d’âge», a soulevé la Dre Drouin.

«Si vous avez des jeunes adultes dans votre entourage, une attention particulière pourrait être portée pour essayer de voir comment ils vont», a-t-elle conseillé en précisant qu'une réflexion serait amorcée pour trouver des solutions.

Dans la même catégorie